Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
L'intelligence et le rythme dans les mouvements artistiques
Person:
Jaell, Marie
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39730/63/
LA GÉOMÉTRIE LINÉAIRE DANS LE TOUCHER 59 
sions en sens inverse, on obnubile l’image qui perd 
de sa netteté ; au bout d’un peu de temps d’essais — 
on ne sait plus. 
Ces rapports des dimensions et de la vitesse des 
pressions que les empreintes permettent d’établir, font 
supposer que les deux différents parcours de la circon¬ 
férence du cercle réalisés par le regard (voir page 26) 
correspondent, par leur différence de durée, aussi à 
des différences de dimensions. En se représentant 
mentalement un parcours fictif d’une ligne circulaire 
fictive, on peut, en effet, se rendre compte que l’évo¬ 
lution a. b. c. d. (fig. 2) prend toujours de petites 
dimensions comparées à celles de l’évolution inverse, 
figure 1, qu’on se représente du reste bien plus 
difficilement. 
La forme des combinaisons linéaires et la forme 
des pensées. 
Comme notre vue ne peut circuler dans l’espace 
que si aucun élément non transparent ne s’interpose 
entre elle et l’espace, il en est de même pour la cir¬ 
culation de la pensée dans l’espace de l’appareil 
sensitif. 
Vempreinte, figure 10, représente la forme tactile 
à travers laquelle la bille touchée par un doigt ne 
nous paraît plus sphérique mais cylindrique, et cela 
parce que le rythme des oscillations du doigt et la 
forme de l’objet touché sont désagrégés. En effet, la 
direction communiquée au mouvement de va-et-vient 
du doigt ne concorde plus, dans cette empreinte, avec 
celle des lignes digitales; le mouvement s’échelonne
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.