Bauhaus-Universität Weimar

9 
LES RÉCRÉATIONS SCIENTIFIQUES. 
LA CHUTE DES CORPS 
La chute d’un sou et d’un morceau de papier. — Voilà un 
sou, et un morceau de papier que je découpe de manière à lui 
donner la forme de la pièce de monnaie ; je laisse tomber les deux 
objets, en les plaçant l’un à côté de l’autre : le sou arrive à terre 
bien avant le papier (fig. 1). Je pose le disque de papier sur la 
face supérieure de la pièce, que je laisse tomber dans sa posi¬ 
tion horizontale : les deux objets arrivent alors en même temps 
Fig. i. — Chute d’un sou et d'une 
rondelle de papier. 
Fig. 2. — Chute des mêmes corps avec 
le papier posé sur le sou. 
à la surface du sol (fige 2). Le papier, en contact avec le sou, 
s’est trouvé préservé de l’action de l’air. 
Le poids des corps n’est pour rien dans leur chute ; c’est l’air 
seul qui les empêche de tomber avec la même vitesse. Dans le 
vide, tous les corps tombent avec la même vitesse. 
Les deux feuilles de papier. — Je prends une feuille de papier 
que je plie en deux, et que je sépare en deux parties égales de 
la même surface et du même poids. Je froisse dans mes mains 
le premier morceau de papier de manière à l’arrondir en boule 
et je laisse l’autre dans son état; puis, je les abandonne tous 
deux dans l’espace; le premier arrive à terre avant le second.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.