Bauhaus-Universität Weimar

LES RÉCRÉATIONS SCIENTIFIQUES. 
104 
Le sifflet de bois. — On prend une tige en sève de lilas ou de 
saule et l’on tranche l'écorce au canif. On bat Fécorce mouillée 
dans la bouche, à l’aide du manche de couteau dont on s’est 
servi, en frappant sur le genou. Cela fait, on procède à la décor¬ 
tication d’une seule pièce par un mouvement de rotation imprimé 
avec ménagement de la main droite, la gauche retenant la tige 
inférieure. On peut avoir ainsi le sifflet ordinaire, obtenu comme 
Fig. 97. — Sifflet en bois que l’on peut faire soi-même. 
dans le canon de la clef (fig. 97), ou Je vrai sifflet, en coupant 
tige et écorce suivant B et C. 
On peut faire encore un excellent sifflet avec le capuchon d’un 
gland de chêne, formant, comme on sait, une petite cupule. On 
place cette petite cupule entre le médium et l’index à la nais¬ 
sance des deux doigts. Cela fait, on ferme la main, et on serre 
les deux doigts de manière à ce qu’ils emprisonnent la cupule 
en ne laissant au-dessus de son orifice qu’une ouverture étroite. 
En soufflant avec la bouche dans cette ouverture légèrement 
introduite dans les lèvres, on y peut produire un son.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.