Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
L'analyse de l'aphasie et l'étude de l'essence du langage
Person:
Goldstein, K.
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39575/23/
452 
JOURNAL DE PSYCHOLOGIE 
réel, mais la difficulté qu’éprouve le malade par suite de la gêne 
apportée au déroulement rapide des actes moteurs est cause qu’il se 
sent hors d’état d'accomplir normalement sa tâche sous ce double 
rapport. Son énergie n’y suffit pas. Il semble qu’il ait à choisir entre 
deux possibilités : ou conserver la construction correcte en sacrifiant 
l’exactitude des mots, ou supprimer des catégories de mots et sacri¬ 
fier la construction pour conserver la prononciation. Il est clair qu’il 
choisit la conduite qui dans chaque situation est le plus propre à 
l’aider à remplir le dessein qui le fait parler, à satisfaire le désir 
qu’il a d’être compris. Pour cette raison, il s'efforce de ne pas excéder 
les forces dont il dispose, de s’adapter à elles ; toute défaillance de 
l’énergie doit conduire à un échec particulièrement grave, vu la 
difficulté accrue qu’il éprouve à agir. Il tâche de parer à cet inconvé¬ 
nient en usant de divers procédés adaptés à la diversité des situa¬ 
tions. Il est intéressant de voir ici à quel point les fonctions sont 
dépendantes de cette distribution adéquate de l’énergie que j’ai 
signalée plus haut(cf. p. 438). 
D'une forme spéciale de l’aphasie motrice. 
Dans de nombreux cas d’aphasie motrice, la modification des 
manifestations motrices verbales que je viens de décrire s’accom¬ 
pagne de troubles dans diverses autres catégories d’activité. La 
simple observation amène à distinguer ces malades des premiers 
décrits, atteints de troubles purement moteurs. On est frappé de les 
voir plus ou moins ralentis ou entravés dans tous leurs actes, même 
si dans la vie quotidienne ils ne sont pas sujets à des défaillances 
graves. Ils paraissent manquer surtout d’initiative, d’intérêt aux 
choses. L’expr,ession du visage en témoigne déjà, par un air d’absence, 
d’indifférence, de fixité, souvent aussi de désarroi et d’inquiétude. 
Cette modification d’attitude générale n’est ni constante ni 
toujours égale, les malades paraissent parfois plus animés, ils 
semblent s’intéresser à ce qui se passe, ils ont des mouvements plus 
rapides, mieux réglés, leur visage exprime la sympathie, le calme, 
la joie, la « présence ». Si on cherche à comprendre ces fluctuations 
en examinant de plus près les situations où se manifeste l’un ou 
l’autre de ces comportements, on constate d’abord que les malades
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.