Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Remarques générales sur l'utilisation des données pathologiques pour la psychologie et la philosophie du langage
Person:
Gelb, A.
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39574/8/
410 
JOURNAL DE PSYCHOLOGIE 
posait à lui, d'après leur rapprochement fortuit, pour des raisons 
intuitives et concrètes. Le résultat était naturellement que le malade 
rapprochait une certaine couleur successivement de teintes différen¬ 
tes. Il lui arrivait ainsi, par exemple, de rapprocher un bleu ciel d’un 
bleu foncé, parce qu’il venait de les voir ensemble, mais tout aussitôt 
il rapprochait ce même bleu ciel d'un rose, s’il s’était formé juste¬ 
ment un rapport concret entre ces deux teintes. On agirait pu croire 
au premier abord que le malade, pour on ne sait quelle raison, 
changeait constamment son principe de classement, qu’il procédait 
tantôt d’après la clarté, tantôt d’après la teinte fondamentale ; en 
réalité sa conduite tenait à ce qu’il n’avait aucun principe de classe¬ 
ment et ne pouvait se placer à aucun point de vue déterminé ; car il 
ne pouvait plus décider par lui-même des propriétés d’après lesquelles 
il fallait assortir les couleurs ; sa conduite se réglait uniquement 
d’après la convenance toute momentanée des couleurs; le malade 
était livré sans résistance à son impératif. 
Il va presque de soi que le malade réunissait autant que possible 
et de préférence les couleurs qui s’accordaient en tout point, c’est-à- 
dire les couleurs identiques ; car ces couleurs là, toutes choses égales 
d’ailleurs, adhèrent, bien entendu, le plus fortement l’une à l’autre 
dans la perception sensorielle. Il n’est donc pas surprenant non plus 
que le malade pût résoudre avec une exactitude pédantesque des 
problèmes où il s’agissait de trouver un échantillon de même couleur 
qu'un objet nommé, de teinte naturelle ou artificielle (violette, drap 
de billard, boîte aux lettres). Gomme le malade avait une excellente 
imagination visuelle, il fouillait le tas de couleurs qu’on lui proposait 
jusqu’à ce qu’il trouvât une couleur qui s’accordât avec celle de 
l’objet dont il avait la vision intérieure ; et s’il ne s’en trouvait point 
de parfaitement identique, il renonçait à sa recherche ou montrait 
avec quelque hésitation une nuance qui se rapprochait autant qu’il 
était possible de celle de l’objet désigné ; mais il avait soin d’affirmer 
qu’il n’y avait pas là de couleur qui convînt exactement. Si le 
malade réussissait si parfaitement dans eet exercice, c’est qu’il pou¬ 
vait y parvenir sans user de noms de couleurs ; il n’y avait là, en 
somme, qu’une question d’intuition immédiate. Le malade, en ce cas, 
n’avait qu’à obéir aux ordres de sa perception sensorielle et de sa 
eprésentation des objets.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.