Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Sur le rôle des éléments moteurs dans les changements phonologiques. Remarques sur la palatalisation des consonnes
Person:
Sommerfelt, A.
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39567/4/
324 
JOURNAL DE PSYCHOLOGIE 
D’un autre côté, les dentales n’ont pas été palatalisées quand elles 
étaient brèves en vieux-norrois : 
sœnn « fils » 
vænn « ami » 
vætt « raison » 
spæll « jeu, amusement » 
etc. i. 
pour vieux-norrois son (sonr) 
vin (vinr) 
vit 
sjpil, 
Cette palatalisation doit être vue à la lumière du sort de l’ancien 
système quantitatif du norvégien. En vieux-norrois la quantité des 
consonnes était indépendante de l’accent, on le sait. On opposait des 
l, n, etc., longs et brefs aussi bien après des voyelles brèves qu’après 
des voyelles longues, après des voyelles accentuées qu’après des 
voyelles inaccentuées. En norvégien moderne, la quantité est liée 
à l’accent. Le système phonologique connaît ce que l’on a nommé 
l’équilibre syllabique. En principe, toute syllabe accentuée est 
longue et se compose ou bien d’une voyelle brève suivie d’une 
consonne longue (ou d'un groupe de consonnes), ou bien d’une 
voyelle longue suivie d’une consonne brève (ou dans certains cas. 
spéciaux d’un groupe de consonnes). On distingue donc entre takk 
« merci », avec un a bref, et tcik « toit », avec un a long. La palata¬ 
lisation semble avoir eu lieu au moment où le changement s’est 
opéré dans le système quantitatif. On a voulu faire ressortir le 
caractère long et énergique des anciennes longues et géminées du 
vieux-norrois pour les distinguer des longues nouvelles et l’on a 
étendu la région du contact de la langue avec le palais dans l’articu¬ 
lation des dentales, de façon telle qu’elles ont été palatalisées. La 
tendance à maintenir la différence entre les longues anciennes et 
les nouvelles se traduit aussi par d’autres changements dans les 
parlers norvégiens. 
Les dentales du type mentionné étaient les seules consonnes dont 
on pouvait de cette façon étendre la région de contact. Une palatali¬ 
sation des gutturales longues ou géminées aurait eu des effets graves 
pour l’opposition : gutturale vélaire : gutturale palatalisée que l’on 
possédait dans la langue. Des raisons analogues ont empêché la pala¬ 
talisation de la sifflante. Pour ce qui est des autres consonnes, des 
1. Gf. J. Reitan, Aalens maalfœre.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.