Bauhaus-Universität Weimar

302 
JOURNAL DE PSYCHOLOGIE 
Nous n’aurons alors que : 
1 AAbb = ï 2 AaBb = a ! aaBB = u. 
d’est la proportion même que nous retrouvons exactement dans les 
inscriptions des Aehémenides. Il est donc évident que, quoique la 
proportion soit identique à celle d’un croisement monohybride, 
nous n’avons pas eu ici affaire à un croisement monohybride, mais 
à un croisement di-hybride à accouplement absolu. Autrefois dans 
le temps d’Hammurabi c’était encore un accouplement faible, et cela 
permettait au gamète ab de se lier encore quelquefois avec un autre 
.gamète ab pour faire un e ; mais ce cas est devenu de plus en plus 
rare, et finalementil n’y a plus eu de gamètes ab. De plus, dans les 
AaBb, sous l’influence de Aa, Bb a changé de place ; l’ouverture très 
grande a imposé la localisation au milieu. Et ainsi, Va neutre a 
gagné son superbe isolement. Et VI et le r parmi les consonnes sont 
dans le même cas que Va parmi les voyelles, comme nous l'avons 
déjà vu. 
36. — Pour voir s’il y a encore d’autres accouplements dans le 
système phonologique des consonnes, reprenons maintenant notre 
premier exemple du § 7 et supposons que, dans une des filiations sui¬ 
vantes, le facteur A (expiration orale) se soit accouplé au facteur b 
localisation vélaire) et que le facteur a (expiration nasale) se soit 
accouplé au facteur B (localisation labiale). Voyons d’abord un accou¬ 
plement faible : un cas de ségrégation sur sept cas d’accouplement. 
Pour trouver le résultat d’un croisement de AAbb avec aaBB dans 
la seconde filiation, nous n'avons qu’à dresser le diagramme sui¬ 
vant des gamètes : 
1 AB 
7 Ab 
7 aB 
1 AB 7 Ab 7 aB i ab 
' 1 
7 
7 
] 
AABB 
AABb 
AaBB 
AaBb 
7 
49 
49 
7 
AABb 
AAbb 
AaBb 
Aabb 
7 
49 
49 
7 
AaBB; 
AaBb 
aaBB 
aaBb 
i 
AaBb 
Aabb 
aaBb 
i 
aabb 
1 ab
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.