Bauhaus-Universität Weimar

J. YAN GJNNÉKEN. — LA BIOLOGIE DE LA BASE D’ARTICULATION 301 
et du prisme deSanherib n’ont pas conservéueette proportion intacte, 
mais présentent des rapports légèrement modifiés, par exemple : 
7 a, 
3 i, 
3 u, 
i e 
7 a, 
4 i, 
2 il, 
1 e 
4 Va a, 
4 i, 
3 u, 
i e. 
35. — Supposons maintenant un accouplement faible de Ab et 
de aB (un cas de ségrégation sur trois cas d’accouplement) ; nous 
aurons : 
1 AB 
3 Ab 
3 aB 
1 ab 
1 AB 
1 AABB 
3 A AB b 
3 AaBB 
1 AaBb 
3 Ab 
3 AABb 
9 AAbb 
9 AaBb 
3 Aabb 
3 aB 
3 AaBB 
9 AaBb 
9 aaBB 
3 aaBb 
1 ab 
1 AaBb 
3 Aabb 
3 aaBb 
1 aabb 
ce qui nous 
donnera : 
9 
1 AABB = a 
6 AABb — a 
9 AAbb = i 
6 AaBB =a 
20 A aß b - a 
6 Aabb = i 
9 aaBB — u 
6 aaBb = u 
1 aabb - e 
c’est-à-dire : 33 a, 15 i, 15 u, 1 e. Si nous divisons ces chiffres par 5, 
nous trouverons 7 a, 3 i, 3 u, 1/5 e, ce qui ressemble beaucoup à ce 
que nous avons compté dans les textes d’Hammurabi. 
Mais la preuve la plus convaincante que nous avons affaire dans 
les textes d’Hammurabi à un accouplement faible nous est donnée 
par le résultat du même croisement avec un accouplement absolu de 
Ab et de aB. Nous trouvons en ce cas, en suivant toujours la même 
méthode : 
0 AB 
1 Ab 
1 aB 
0 ab 
0# AB 1 Ab 1 aB 0 ab 
AAbb 
AaBb 
AaBb 
aaBB
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.