Bauhaus-Universität Weimar

H. PONGS. — L’IMAGE POÉTIQUE ET L’INCONSCIENT 
163 
ploration sur l’océan sans limites de l'inconscient, si problématique 
qu’il apparaisse du point de vue d’une stricte philologie, semble 
pourtant indispensable si l’on veut arriver à définir le symbole poé¬ 
tique comme la forme supérieure de l’image artistique. Le présent 
travail pourrait servir d’étude préliminaire à cette recherche. En 
reprochant au langage métaphorique de vouloir esquiver le réel, on 
découvre dans la poésie un élément contradictoire, et cette décou¬ 
verte se révèle comme extrêmement féconde dès qu’il s’agit de faire 
le départ entre les images qui ont un contenu symbolique et celles 
qui en sont dénuées. Nous sommes enfin ramenés à ce qui fait l’es¬ 
sence de l’àme du poète dans la mesure où elle implique un conflit 
radical entre l’esprit et la vie. Mais les grands poètes — et c’est un 
trait essentiel de leur nature —, loin d’avoir recours aux images pour se 
dérober à la vie telle qu’ils la saisissent dans l’inconscient, cherchent 
à la modeler, à lui donner un sens et une forme significative, confor¬ 
mément à leur tendance anagogique innée. Ce qui naît ainsi de 
la collaboration de l’inconscient et de l’anagogique a la profondeur 
complexe de la vie elle-même, tant dans le rêve créateur que dans la 
grande poésie. 
(Stuttgart, octobre 1932. 
Traduit par MHo G. Bianquis). 
Hermann Pongs .
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.