Bauhaus-Universität Weimar

H. PONGS. — L’IMAGE POÉTIQUE ET L'INCONSCIENT J 4P 
a trouvé pour celte tendance le terme de «ressentiment » l. Il a com¬ 
pris et appliqué le mécanisme de cette tendance avec beaucoup plus- 
de pénétration que Freud. 
Qu’on laisse ou non à cette notion toute l’extension que lui a don¬ 
née Nietzsche, on reconnaîtra que le «ressentiment », le dédomma¬ 
gement trouvé par le faible et l’impuissant dans une vengeance ima¬ 
ginaire, va beaucoup plus loin que le refoulement individuel de- 
Freud. Il résume les destinées instinctives communes de classes, de 
générations et de races tout entières, il englobe des aptitudes ata¬ 
viques, les archétypes de l’auto-intoxication par rancune inassouvie. 
Or aucun « ressentiment » ne me semble plus enraciné que celui dm 
peuple juif, séculairement entravé dans son ambition. Freud lui- 
même signale expressément dans son origine juive l’aiguillon cons¬ 
tant de son amour-propre2. Le « ressentiment » sous diverses formes, 
depuis la haine douloureuse de l’étranger jusqu’à l’ironie mpprisantm 
qui ridiculise autrui, me paraît être le caractère distinctif de la généra¬ 
tion juive d’avant-guerre en Allemagne. Dans la poésie de ce grouper 
on rencontrera mieux qu’ailleurs des images dont la substance est évi¬ 
demment faite d’inconscient refoulé. Le masque symbolique qui con¬ 
vient à cette altitude, Stefan Zweig l’a trouvé dans son drame do 
Thersite3. L’homme contrefait, bafoué, méprisé, à l’intelligence 
aiguisée par la souffrance, à l’imagination vive, qui est le héros caché 
de la jeune génération juive, y est opposé à Achille et à Patrocle, 
beaux mais grossiers et sots, « d’une divinité bestiale et sans huma¬ 
nité ». Sous le masque de la mythologie antique, le « ressentiment »- 
opère une transmutation des valeurs qui fait de l’homme mû par 
cette tendance un héros tragique supérieur à l’homme sain et com¬ 
plet. En choisissant ce masque, l’auteur insinue prudemment quo 
l’homme méprisé est justement celui qui a le plus de valeur humaine 
et spirituelle, qu’il est l’homme authentique; cette même idée se 
retrouve dares de nombreuses images qui ne sont au fond que des 
masques de Thersite ; la caractéristique de ces métaphores est l’at- 
1. Genealogie der Moral (1887). Cf. Max Scheler, Abhandlungen und Aufsätze 
I, p. 4.) sq. 
2. Werke, II, p. 197; cf. Charles Maylan, Freuds tragischer Komplex, 1929. 
3. Paru en 1907; le porte-parole de la toute dernière génération, qui a 
triomphé de son « ressentiment », est à présent Joseph Roth (Hiob, 1930).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.