Bauhaus-Universität Weimar

116 
JOURNAL DE PSYCHOLOGIE 
souligne). Les successeurs de Humboldt, qui appartiennent à cette 
sorte «regrettable » de penseurs, sont presque tous les linguistes 
des xixe et xxe siècles, sauf quelques exceptions que Werner, cons¬ 
ciencieux et secourable à notre thèse, a bien voulu laisser s’exprimer. 
Mais l’ancêtre le plus glorieux et le plus important de cette lignée 
généalogique, c’est cette « logique archaïque » dont Ernst Hoffmann 
a expliqué et décrit le « langage » l. Et les théoriciens *du langage 
trouveraient, je crois, grand profit à réfléchir sans tarder à l’exis¬ 
tence même de cet ancêtre fabuleux Que penserait-on de la démons¬ 
tration indirecte par la thèse opposée, qui consisterait à dire que 
cet ancêtre a dû exister, puisque son fantôme erre encore non seu¬ 
lement dans les langues de ces races non civilisées que l’on appelle 
des primitifs, mais même parmi nous, sans qu’il soit cependant 
besoin d’admettre qu’il ait été l’unique ancêtre du langage humain. 
Pourquoi pas? D’abord parce qu’à lui seul et sans mélange il aurait 
rendu les hommes absolument inaptes à la vie; en second lieu, 
parce que les Pygmées de nos jours déçoivent l’attente selon laquelle 
la « logique archaïque » devrait appartenir de préférence et en toute 
pureté aux primitifs ; en troisième lieu, parce que nos propres enfants, 
dès le premier âge, échappent, comme les primitifs, au cercle enchanté 
que constitue la conception magique de l’univers, au moins aussi 
souvent qu’ils s’y laissent retenir et, dans leurs jeux d’essai, s’exercen t 
à appliquer au réel le traitement sain et vigoureux qui résulte d'un 
point de vue « mécaniste » ; parce que, quatrièmement, le langage 
humain, tel que nous le connaissons, après avoir sans doute hésité 
longtemps au carrefour où l’écriteau de gauche portait : « logique 
archaïque et représentation onomatopéique des choses », et l'écri¬ 
teau de droite : « langage symbolique », a choisi, comme jadis Her¬ 
cule, le chemin de droite. L’occasion de prendre une décision « ori¬ 
ginelle » ne se présente qu’une fois, tous les mythes le savent. 
C’est la nature même du sujet qui nous pousse à donner à notre 
thèse la forme d’un mythe. Le fond du problème est extrêmement 
prosaïque : il s agit de dire, à l’aide d’arguments plausibles, si l’in¬ 
tuition délicate des hommes compétents, depuis Humboldt jusqu’à 
nous, est justifiée quant au fond. Il faut aussi faire une place aux 
1. Ernst Hoffmann, Die Sprache der archaischen Logik, Heidelberg, Abhand¬ 
ungen zur Philosovhie und ihrer Geschichte, 3, 1925.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.