Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
La pensée et la langue, ou: comment concevoir le rapport organique de l'individuel et du social dans le langage
Person:
Sechehaye, A.
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39555/2/
58 
JOURNAL DE PSYCHOLOGIE 
minimum et d’avoir rejeté une série d’observations et de citations 
dans des notes pour ne pas alourdir notre marche. 
Une doctrine longtemps dominante, et qui a encore des partisans, 
considère la langue comme une émanation directe du tempérament 
intellectuel, si I on peut ainsi parler, qui réalise ses tendances par 
son moyen. La pensée naît avec l’expression, et celle-ci, faite à la 
mesure de celle-là, reçoit naturellement l’empreinte de tous ses 
caractères. La langue d’ailleurs n’est pas la chose de l’individu, 
mais de la race, puisqu’elle est le bien commun de toils. S’il y a chez 
les divers peuples des langues diverses, c’est que les mentalités 
varient d’un peuple à l’autre, et si les langues évoluent et se trans¬ 
forment dans le temps, c’est que ces mentalités, en vertu de quelque 
mystérieuse poussée de vie, évoluent elles-mêmes. C’est la doctrine 
du parallélisme de la pensée et de la langue, dont Humboldt a été 
le représentant le plus en vue et à laquelle les penseurs allemands 
sont en général restés fidèles '. 
Cette doctrine, de quelques réserves et considérations qu’on 
l’enveloppe, a le grand inconvénient de faire entrer de plain-pied des 
choses qui sont du domaine de la pensée dans des normes qui sont 
à proprement parler celles des phénomènes physiologiques et bio¬ 
logiques 2. 
D’après cette vue, l’idiome qu’un enfant apprend de ses parents 
et qu’il possède en commun avec sa nation lui appartient, avec les 
particularités de son type grammatical, au même titre que les parti¬ 
cularités physiques ou psychiques qui font de lui un représentant de 
sa race. Le simple fait qu’un homme de race quelconque, un blanc, 
un nègre, un Chinois, peut parler idiomatiquement n’importe quelle 
langue, pourvu qu’il l’ait apprise assez tôt et assez longtemps, nous 
1. Voir à ce sujet 0. Funke, Studien zur Geschichte der Sprachphilosophie, 
Berne, 1928. 
2. « Man kann nicht fragen, warum es nicht mehr oder andere Formen 
gibt? es sind nun einmal nicht andere vorhanden, würde die naturgemässe 
Antwort sein. Man kann aber nach dieser Ansicht, was in der geistigen und 
körperlichen Natur lebt [c’est nous qui soulignons], als die Wirkung einer 
zum Grunde liegenden, sich nach unbekannten Bedingungen entwickelnden 
Kraft ansehen. » W. v. Humboldt, Geber die Verschiedenheit des menschlischen 
Sprachbaues, vol. II, § 3.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.