Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
La pensée et la langue, ou: comment concevoir le rapport organique de l'individuel et du social dans le langage
Person:
Sechehaye, A.
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39555/12/
68 
JOURNAL DE PSYCHOLOGIE 
fait de cet ordre est qualitativement original et dans le domaine de 
l’art il n’y a que les créations qui comptent. Il en est de même des 
faits de langue qui nous émeuvent ou qui mettent en branle notre 
fantaisie. Il n’y a aucune raison pour qu’ils se correspondent d’un 
idiome à l’autre. Un mot pittoresque du français a une résonance 
complexe et originale qu’aucun mot dans aucune autre langue ne 
rendra également. On peut, par exemple, rapprocher de notre 
expression rat de bibliothèque le terme allemand Bücherwurm; 
mais il est évident que, pour toutes sortes de raisons, les deux 
images ont chacune leur valeur propre, et, si l’on veut les traduire 
et essayer de créer des calques, on n’en obtiendra pas quand même 
l’équivalent stylistique : les conditions sont différentes. En français 
ver dç livre n’existe pas au sens propre pour désigner certains 
insectes; d’autre part, le mot allemand qui correspond à rat est 
féminin, etc., etc. 
Quand, en usant du vocabulaire de sa langue et de toutes ses 
ressources expressives : rythme, sonorité, mouvement de la phrase, 
un poète écrit quelques beaux vers, on peut bien mettre au défi 
n’importe quel traducteur de rien faire d’identique en usant du 
vocabulaire et des ressources d’un autre idiome. Il pourra faire 
quelque chose de ressemblant, il pourra faire aussi bien, mieux 
peut-être, mais jamais la même chose. L’artiste créateur utilise les 
éléments que la langue met à sa disposition, mais en même temps 
il s’y accommode. Le fait qu’un poète emploie telle langue plutôt 
qu’une autre doit compter parmi les facteurs de sa sensibilité et c’est 
une question assez oiseuse de se demander ce que Victor Hugo 
aurait fait s’il avait été allemand ou Gœthe s’il avait-ncrit en français. 
Le domaine des idées est tout différent. Quelque diverses que 
soient les valeurs des termes qui les expriment quand on passe 
d’une langue à l’autre, il n’est pas interdit de penser à un rappro¬ 
chement possible qui les amènerait à se correspondre et à se recou¬ 
vrir. Pour cela il faut naturellement se placer strictement sur le 
terrain intellectuel et considérer des signes d’idées.pures ou des signes 
de la valeur desquels on écarte par abstraction tout ce qui subsiste 
d’affectivité. En effet, nous ne sommes plus alors dans le domaine du 
particulier, mais dans celui du général. Sans résoudre le problème 
philosophique 4e la nature des idées aprioristiques qui sont à la
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.