Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Mémoire explicatif de l'invention de Scheibler. Pour introduire une excactitude inconnue avant lui, dans l'accord des instruments de musique
Person:
Lecomte, [Augustin]
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39343/16/
— 62 — 
9. Les modernes ayant considéré que, dans les cordes vibrantes , 
le nombre des vibrations est en raison inverse des longueurs , se sont 
servi du nombre des vibrations pour évaluer les sons musicaux : c’est- 
à-dire des mêmes rapports trouvés par les anciens , mais pris à Fin- 
verse. Le calcul est exactement le même, mais l’expression moderne 
est plus rationnelle et plus directe, parce qu’elle ne suppose qu’un 
nombre absolu de vibrations par seconde dans un corps quelconque , 
sans aucune relation à des longueurs de cordes. 
10. La loi des rapports des sons entr’eux étant ainsi connue , il ne 
s’agit plus que de savoir avec exactitude le nombre absolu des vibra¬ 
tions d’un son musical pour en déduire le nombre de vibrations de 
tous les autres sons qui seront avec lui dans un rapport musical dé¬ 
terminé. 
Or, c’est en cela que consiste la difficulté, savoir : l’évaluation 
rigoureuse d’un son fixe comme point de départ et de comparaison. 
Plusieurs raisons physiques s’y opposent. Cependant on s’en est appro¬ 
ché d' une manière satisfaisante, et nous n’en chercherons pas da¬ 
vantage. 
1 i. Expériences pour Vévaluation du nombre absolu de vibra- 
brations dans les sons musicaux, -j- Supposons une roue de métal, 
tournant sur son axe au moyen d’une manivelle , et dont la circonfé¬ 
rence est dentée à intervalles égaux. Si l’on fixe un corps élastique, 
par exemple un petit morceau de carte, dans une position telle que 
chacune des dents de la roue qui tourne vienne le heurter en passant , 
il arrive que la pression de la dent fait fléchir la carte, et que celle-ci , 
en vertu de son élasticité, se redresse dans l’intervalle d’une dent à 
l’autre, et, dans ce redressement subit, choque l’air. Ce choc ou 
battement produit un son qui se répète à chaque révolution de la 
roue , autant de fois quelle contient de dents. 
La carte a fait une vibration ou deux mouvements ou deux oscilla¬ 
tions pour produire ce battement, l’une en cédant à la dent, l’autre en 
se redressant. Il faut donc deux oscillations, pour un battement. Si le 
mouvement est trop lent , et surtout si les dents sont fort éloignées 
les unes des autres, ces battements successifs sont distincts et sé-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.