Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
De l'unité tonique et de la fixation d'un diapason universel
Person:
La Fage, Adrien de
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39336/80/
— 75 
principe d’après ce que l’on vient de lire. J’ajou¬ 
terai que j’ai connu un chef d’orchestre, d’ailleurs 
artiste fort distingué, qui, vérifiant le ton du haut¬ 
bois qu’il trouvait un peu bas , lui dit: Cest peut- 
être moi qui suis trop haut. 
11 serait absurde de supposer que ce soient les 
chanteurs qui aient contribué à l’élévation du dia¬ 
pason ; ce qu’il faut dire, c'est qu’ils ont eu et ont 
encore le tort de ne pas en arrêter la progression 
ascendante et de ne point en exiger l’abaissement. 
En France, cela se comprend jusqu’à un certain 
point. La niaise et stupide vanité des chanteurs 
français les porte à vouloir, bon gré malgré, que 
leur voix atteigne, dans tel ou tel air d’une pièce 
en réputation, tous les degrés extrêmes auxquels 
arrivait leur prédécesseur, soit que l'air ait été 
composé de la sorte spécialement pour lui, soit 
que, possédant une grande facilité à monter, il ait 
plus ou moins modifié la composition primitive 
pour produire une plus grande impression par 
l’emploi des moyens extraordinaires. 
Voilà comment, dans le temps qu’on jouait les 
rôles écrits pour Martin, tous les Marlins préten¬ 
daient donner à l’aigu le sol et le la, au grave le 
fa et le mi. Voilà comment, de nos jours, tous 
les ténors d’opéra se croiraient perdus s’ils ne 
lançaient un ut de poitrine ; note possible sans
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.