Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
De l'unité tonique et de la fixation d'un diapason universel
Person:
La Fage, Adrien de
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39336/134/
— 129 — 
pour les voix et qu’elles se conservent davantage 
par suite de cette mesure ? J’ose prédire qu’il en 
arrivera tout comme en 1824 Je ne crains même 
pas d’aller plus loin et de parier qu’il y aura des 
chanteurs qui, mécontents de l’abaissement d’un 
quart de ton, exigeront de l’orchestre la transpo¬ 
sition ; or, comme celui-ci ne peut transposer à 
quart de ton, il élèvera l’air d’un demi-ton, et le 
chanteur exécutera réellement un quart de ton 
plus haut qu’il ne lui fut arrivé si l’on eût laissé le 
diapason tel qu’il était. 
Beau résultat ! 
On dit maintenant (20 décembre 1858) que la 
commission , après avoir entendu plusieurs fac¬ 
teurs d’instruments et plusieurs chefs d’orchestre, 
pense à revenir sur ce qu’elle a fait. Ce parti serait 
assurément fort sage. 
Mais alors que fera-t-on ? Laissera-t-on au la 
français, ou pour mieux dire au la de Paris, ou 
mieux encore au la de l’Opéra, ses 492,04 vibra¬ 
tions, sans s’inquiéter de donner à ce nombre une 
base autre que son existence actuelle, et le caprice 
qui a voulu que depuis quelque temps il se main¬ 
tînt autour de ce chiffre? 
M. Aristide Cavaillé-Coll me faisait remarquer 
à ce sujet qu’en attribuant au tuyau de trente- 
1 Voyez plus haut, pages 65, 76 etsuiv. 
9
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.