Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Etudes expérimentales sur la voix et sur les causes de la production du son dans divers intruments de musique
Person:
Masson, A. and Longet
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit38459/85/
86 de J-a voix. 
souvent arrivé, tout en évitant la lésion des nerfs laryngés inférieurs, de détacher par¬ 
tiellement et de renverser en avant le larynx de ces animaux ; alors il m’était tou¬ 
jours facile de rendre plus ou moins rapide le courant d’air expiré, en leur faisant 
endurer une douleur plus ou moins intense, et, dans tous ces cas, que l’épiglotte 
intacte fût abaissée à divers degrés sur l’orifice laryngien, ou qu’elle fût excisée, 
j’ai toujours constaté l’exactitude de l’assertion du professeur de Berlin. Prenez, sur 
l’animal mort, un larynx muni d’épiglotte, et, tendant les cordes vocales, poussez 
de l’air avec force dans la trachée; le son que vous obtiendrez alors ne différera 
pas, d’une manière appréciable, de celui qui se fera entendre après l’excision de 
cet opercule, si toutefois les autres conditions de l’expérience demeurent les 
mêmes. 
Ces faits négatifs, établis par l’expérimentation et favorables au sentiment de 
Haller, ne nous paraissent pas de nature à être contredits par l’observation d’indi¬ 
vidus qui, ayant eu l’épiglotte détruite par une maladie ou enlevée accidentelle¬ 
ment , ont consécutivement présenté un trouble notable dans les phénomènes 
vocaux , attendu que, dans ces cas , l’altération pathologique semble toujours 
avoir envahi l’instrument véritable de la phonation ou ceux de la prononciation. 
L’épiglotte nous a paru servir, dans quelques cas et surtout clans la production 
de sons très aigus, à compléter l’occlusion de l’isthme du gosier, et concourir ainsi 
à l’expulsion de l’air par les fosses nasales. Participant d’ailleurs au mouvement 
vibratoire de ce fluide, elle peut contribuer au timbre de la voix. 
'1° Cordes vocales supérieures. 
Les cordes vocales supérieures ne sont pas nécessaires à la phonation. En effet, 
sans léser les ventricules, nous avons pu inciser ces prétendues cordes sur des 
larynx restés en place ou bien renversés au-devant du col des animaux, et les sons 
rendus n’ont pas été sensiblement modifiés. Les chiens et les chats ont continué 
à pousser des cris très aigus, cris dont on pouvait encore singulièrement accroître 
l’acuité, en faisant basculer le cartilage cricoïde sur le thyroïde, pour augmenter 
ainsi la tension des parois ventriculaires, celle des cordes vocales proprement 
dites, et diminuer l’ouverture de la glotte inférieure. 
3“ Ventricules du larynx. 
Les ventricules, d’après nos expériences propres, sont indispensables à la pho¬ 
nation complète. Réunis au tuyau laryngien sus-glottique, ils forment l’appareil 
renforçant essentiel, celui sans lequel la voix ne saurait se produire intégra¬ 
lement. 
Sur des larynx de chiens vivants, après avoir successivement retranché l'épi¬ 
glotte, les cordes vocales supérieures et les ventricules, de manière à ne laisser que 
les cordes vocales inférieures, sans doute nous avons encore obtenu dessous, 
comme d’autres physiologistes l’avaient déjà remarqué. Mais cela suffit-il pour 
admettre, avec eux, que les cordes vocales inférieures constituent, à elles seules 
et essentiellement, l’organe vocal, en vibrant à la manière des anches membra¬ 
neuses ? 
Si l’on examine, avec attention, les phénomènes qui accompagnent, dans ce cas, 
la production d’un son, on remarque diverses particularités: d’abord les cordes 
vocales sont au contact, ce qui n’a pas lieu dans la voix naturelle ; puis c’est par des 
efforts considérables de l’animal que l’air, écartant les cordes vocales fortement
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.