Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Etudes expérimentales sur la voix et sur les causes de la production du son dans divers intruments de musique
Person:
Masson, A. and Longet
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit38459/59/
(it! 
DE LA VOIX. 
tites (1). L échancrure du bord supérieur de ce cartilage est plus profonde chez 
1 homme ; chez ce dernier la pomme d’Adam est plus saillante, et l’angle sous lequel 
les deux moitiés du cartilage se rencontrent est plus aigu. Chez la femme, les ven¬ 
tricules de Morgagni sont plus petits; les cordes vocales sont plus courtes et plus 
étroites. 
C est surtout dans les dimensions de la glotte que les deux sexes présentent des 
variétés remarquables. D’après Huschke (2), chez la femme, la longueur de la glotte 
est de 6 lignes; elle est de 11 lignes chez l’homme. 
II. Dans Y orang-outang, 1 épiglotte est courte, très concave à sa base, tronquée 
et échancrée; les cartilages aryténoïdes sont plus petits que dans l'homme, et 
les cunéiformes sont plus grands. Les rubans vocaux sont libres et tranchants; 
1 ouverture du ventricule est ovale et très large. Le ventricule lui-même est une 
grande cavité ovale, large en tous sens, divisée en deux parties par une demi-cloison. 
La partie supérieure de cette cavité communique par un trou percé entre le cartilage 
thyroïde et l’os hyoïde, avec un grand sac membraneux situé dans la gorge (3). ties 
deux sacs sont accolés, mais ne communiquent pas l’un avec l’autre. 
Dans plusieurs singes de l’ancien continent, l’os hyoïde forme un bouclier 
bombé qui sert à protéger le commencement d’un sac membraneux simple , qui 
communique avec le larynx, par un trou situé entre la base de l’épiglotte et le 
milieu du bord antérieur du cartilage thyroïde. 
Parmi les singes du nouveau continent, c’est dans Yalouate ou sapajou hurleur 
qu’on trouve la disposition la plus remarquable. L’os hyoïde, bombé en forme de 
vessie arrondie, offre une ouverture large et carrée. Le larynx a la forme ordi¬ 
naire de celui des sapajous, et chaque ventricule communique avec une poche 
membraneuse qui se glisse entre l’épiglotte et l’aile contiguë du cartilage thy¬ 
roïde pour se porter vers l’os hyoïde. Il résulte de cette conformation, que 
1 air qui a passé entre les cordes vocales pénètre en partie dans la cavité osseuse 
et élastique de l’os hyoïde, et c’est la résonnance qu’il y éprouve qui donne à la voix 
de ces singes le timbre spécial qui la caractérise. Si l’on en croit les récits de quel¬ 
ques voyageurs, les cris de ces animaux se font entendre à plus d’une demi-lieue ; 
ils sont véritablement effrayants et on les a comparés au bruit que déterminerait 
l’écroulement des montagnes. C’est surtout au lever et au coucher du soleil, ou 
bien a l’approche d’un orage, que les aiouates poussent des hurlements : ils y ont 
quelquefois recours aussi pour éloigner leurs ennemis. 
ÏIL Les carnassiers présentent de grandes différences dans la conformation du 
larynx. 
Dans le genre amis, l’épiglotte est triangulaire; les cartilages cunéiformes sont 
saillants en dehors et présentent la forme d’un S italique ; les aryténoïdes sont 
effacés et fourchus; les rubans vocaux bien tranchants, bien libres; les ventricules 
profonds. 
Dans le genre felis (lion, tigre, panthère, lynx, chat commun), les ligaments 
antérieurs de la glotte sont séparés de l’épiglotte par un sillon large et profond de 
chaque côté ; ils sont très épais. Les ligaments postérieurs ne sont ni libres ni trait- 
(1) Huschke, Splanchnologie, p. 225. 
(2) Loc. cit. 
(3) Cuvier, Leçons d'anatomie comparée, t. VIII, p. 780.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.