Bauhaus-Universität Weimar

RÉFLEXION Dü SON. 
127 
La terreur panique qui s’empara des Gaulois, près 
du temple de Delphes, dont le dieu Pan avait pris la 
défense, est attribuée à l’effet des échos. Mersenne 
rapporte à ce sujet une autre histoire. « Les Persans, 
dit-il, ravageant la Grèce et le pays des Mégaréens, 
s’étant adressés à un écho durant la nuit sombre, crurent 
que c’était l’ennemi qui répondait en cris dolents, et 
attaquèrent rudement une roche résonnante, sur la¬ 
quelle ayant lancé toute la furie de leur courage et 
de leurs dards, ils furent pris le lendemain et emmenés 
captifs. » 
Une autre analogie remarquable du son et de la lu¬ 
mière consiste dans la réfraction que les rayons so¬ 
nores subissent comme les rayons lumineux lorsqu’ils 
passent d’un milieu dans un autre. Une cuiller que 
l’on trempe dans un verre d’eau semble se déformer ; 
on dirait qu’elle se brise au niveau du liquide ; c’est 
un effet de réfraction. Les rayons qui sortent de l’eau 
dans une direction inclinée se réfractent, c’est-à-dire 
changent de direction au moment où ils pénètrent 
dans l’air; la déviation est d’autant plus grande que 
l’incidence est plus oblique. Les effets des prismes et 
des lentilles reposent sur les réfractions successives 
que la lumière éprouve en passant d’abord de l’air 
dans le verre, puis du verre dans Pair; on travaille 
les surfaces du verte de manière à obtenir toutes 
les déviations voulues. 
Les rayons sonores éprouvent des déviations sem¬ 
blables au moment où ils changent de milieu. M. Ha- 
jecli l’a constaté de la manière suivante. Il a fait faire 
un trou dans le mur de séparation de deux chambres
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.