Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
L'Orgue-Expressif ou Harmonium. Tome I: Art, Histoire, Anatomie
Person:
Mustel, Alphonse
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit38229/56/
3 ^ 
trouverions aujourd'hui insupportables. Mais, le besoin instinctif, sinon raisonné, d’un instrument 
polyphone à sons prolongés, d'un diminutif de l’orgue, en un mot. était tel qu’on les supportait, 
n'ayant pas mieux. On s’en servait à l’église, dans les chapelles, au lieu du Grand-Orgue, faute 
d’espace, ou faute d'argent. 
En 1607. le grand compositeur Monteverde, le réformateur de l’harmonie, l’employait dans son 
opéra : li Orfeo ed Eundice 
La Régale était de peu de volume ; les plus petits modèles se posaient sur une table : mais il 
fallait quand même un souffleur pour fournir le vent (1). Eh bien, imaginez qu’on remplace dans 
la Régale l'anche battante par l'anche 
libre, et l’Harmonium se trouve constitué 
dans ses éléments principaux. 
Cela devait se laire attendre pourtant. 
La date la plus reculée, à laquelle nos 
longues et consciencieuses recherches ont 
pu nous faire remonter, est celle de 1700 
à laquelle on signale un petit instrument, 
une sorte de Régale à anches libres, cons- 
Fig. 7. — Régale 
truit par un célèbre italien, h ilippo Testa, 
et destiné au \ atican. Cet essai, semble-t-il. n eut pas de suite. 
C’est au commencement du xixc siècle seulement, que l'idée sera reprise, et, tout d'abord en 
Allemagne. 
C’est donc en ce dernier pays, si nous ne voulons pas tenir compte de l’essai abandonné de 
Filippo Testa, qu’apparaît, pour la première fois, en 1814, un instrument construit sur le principe 
de l’Harmonium, par le facteur Eschenbach, de Kœnigshofen. Cet instrument avait six octaves. 
Un peu plus tard. Schlimbach. d’Ohrdruff, y apporte quelques perfectionnements. L’idée est 
dégagée maintenant ; elle est dans l’air, chacun s’en empare, en essayant quelques variantes : \ oigt. 
de Schweinfürt, notamment, emploie une soufflerie au pied a deux pompes et réservoir, telle à peu 
près qu’elle a persisté jusqu’aujourd’hui (1820). parce que c'est une lorme absolument rationnelle. 
Le type cependant, paraît être resté un peu flottant jusqu’au Physharmonica de Haeckel (Vienne 1821) 
lequel plus parfait ou peut-être seulement plus connu, a été accepté comme type commun et terme 
de comparaison pour les instruments à anches libres de la première période. 
(1: La Régale avait une paire de soufflets cunéiformes, réduction de ceux qu'on employait alors dans l’orgue à tuyaux.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.