Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
L'Orgue-Expressif ou Harmonium. Tome I: Art, Histoire, Anatomie
Person:
Mustel, Alphonse
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit38229/160/
- I 36 
reusement on ne s’est même pas arrêté au second parti, le moins bon, on n’a pas pris de parti du 
tout, ce qui est pire, et l’équivoque subsiste, dans le langage courant comme sur les catalogues 
des facteurs d’orgues. 
Si bien que nous demeurons nous-mêmes dans l’embarras. Nous essayons de nous soustraire 
à l’incertitude en disant à l’occasion : tant de jeux aux registres, pour indiquer le nombre de jeux 
complets, représentant chacun un timbre particulier mis à la disposition de l’exécutant d’un bout à 
l’autre de son clavier, et : tant de jeux d’anches, pour signifier le nombre des séries distinctes de 
lames qui entrent dans l’instrument désigné. On peut toujours arriver à s’entendre,., mais, c’est 
plus long. Et même a cette expression : tant de jeux aux registres, on pourrait faire une objection 
très sérieuse : c'est qu’il est, en réalité, comme nous venons de le voir, des jeux qui sont cons¬ 
titués non pas par une seule, mais par deux rangées d’anches parlant toujours a la fois ; de cette 
façon le compte indiqué sous le titre de jeux aux registres est en réalité inférieur à celui des rangs 
d’anches que possède l’instrument. 
* * 
Quelques notions complémentaires sur lhflnehe libre. 
L’importance de l’Anche libre dans l’Orgue-Expressif nous oblige à revenir sur certains 
détails, et à lui consacrer un chapitre spécial. 
Cet organe, en effet, qui détermine à la fois le son et, en partie, le timbre, est l’objet de 
nombre de modifications et des soins les plus minutieux, tant au point de vue de sa propre 
fabrication que de son agencement dans l’orgue même. 
Si on ne connaît pas l’époque précise où fut inventé cet organe sonore qui remonte à la plus 
haute antiquité, on peut affirmer, en tous cas, que l’une des plus heureuses applications de celui-ci 
ne survînt que beaucoup plus tard, dans le courant du xrxe siècle, en Europe, pour constituer 
l’Orgue-Expressif. Elle lut, notamment en France, étudiée avec les plus grands soins et avec 
le plus de sens artistique (1). 
Lame de laiton récroui, vibrant, sous l’influence d’un courant d’air, dans la mortaise rectan¬ 
gulaire cl un chassis métallique dont elle dépasse, à chaque vibration, le niveau des bords dans les 
deux sens sans les frôler jamais, telle est l’Anche libre. 
La définition en serait incomplète, si nous ne mentionnions pas une très précieuse propriété 
de l Anche libre : quand on fait varier la pression du vent qui met une anche en action, la hauteur 
du son qu’elle rend ne change pas, tandis que son intensité varie dans le même sens et peut 
passer du piano le plus doux au forte le plus énergique. 
(1) Voir “ Histoire documentaire et anecdotique de l'Harmonium ” (Tome I, page 3o).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.