Bauhaus-Universität Weimar

12 CH. FÉRÉ. — ESSAI SUR LA PHYSIOLOGIE 
dant la flexion totale des autres doigts. Des différences analogues 
sont provoquées par la flexion isolée des deux pouces. Dans la 
main droite la phalangette conserve son maximum de flexion lors¬ 
qu’elle est fléchie isolément. Dans la main gauche, au contraire, 
lorsque le pouce seul est fléchi la phalangette s’incline environ de 
moitié moins que quand tous les doigts sont fléchis ensemble 
(fig. 3). 
Dans la flexion isolée des quatre derniers doigts, c’est dans 
l’index et le médius (flg. 4 et 5) que la phalangette s'oppose le 
plus facilement à la face palmaire de la première phalange, mais 
cette phalange reste en extension. Dans la flexion isolée de l’annu¬ 
laire et du petit doigt (flg. 6 et 7) toutes les phalanges peuvent être 
fléchies simultanément; pourtant dans cette flexion totale la capa¬ 
cité de pression de la phalangette est nulle dans l’annulaire et con¬ 
sidérablement amoindrie dans le petit doigt. 
Dans la flexion simultanée des ddux doigts seulement on voit 
qu’en général l’enroulement du doigt est'plus marqué que dans la 
flexion isolée L’extrémité de l’index fléchi seul (fig. 4) s’abaisse 
au-dessous du pli digito-palmaire; elle s’abaisse moins quand 
l’index est fléchi en même temps que l’annulaire (fig. 10) ; mais elle 
n’arrive pas jusqu’à ce pli quand l’index est fléchi en même temps 
que le médius plus voisin de lui (fig. 8). L’extrémité du médius 
fléchi seul (fig. 5) s’abaisse aussi au-dessous du pli digito-palmaire; 
elles s’abaisse moins quand le médius est fléchi en même temps 
que le petit doigt (fig. 11); mais elle n’arrive pas jusqu’à ce pli 
quand le médius est fléchi en même temps que l’index plus voisin 
que lui (fig. 8). Quand la flexion de la phalange s’exagère, elle peut 
modifier les rapports de l’extrémité du doigt (fig. 9). 
L’étendue de la flexion varie suivant le groupement des doigts 
fléchis. Quand l’index et le médius sont fléchis autant que possible 
tandis que l’annulaire et le petit doigt restent étendus (fig. 8), la 
première phalange des deux premiers doigts ne peut pas se fléchir. 
Quand, au contraire, l’annulaire et le petit doigt sont fléchis, tandis 
que l’index et le médius restent étendus (fig. 9), la première 
phalange des deux premiers doigts se fléchit nettement. Quand 
l’index et l’annulaire sont fléchis, tandis que le médius et le petit
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.