Bauhaus-Universität Weimar

LÉSIONS DE L’ORIFICE AORTIQUE. 119 
Duroziez, que l’on regarde comme un signe patho¬ 
gnomonique de l'insuffisance aortique. 
Dans cette lésion, —ce qu’on n’observe pas dans 
les autres affections cardiaques, — les malades 
sont pâles et souvent tourmentés par des vertiges, 
ce qu’on attribue à de l’anémie encéphalique, l’aorte 
recevant moins de sang qu’à l’état normal, puis¬ 
qu’une partie de celui qui lui est destiné reflue dans 
le ventricule. L’anémie peut aller jusqu’à la syn¬ 
cope et, quelquefois même, jusqu’à la mort subite. 
Enfin, il faut ajouter que les symptômes con¬ 
gestifs des maladies de cœur (œdème des jambes, 
ascite, congestion du foie, etc.), sont beaucoup 
plus rares et plus tardifs, dans l’insuffisance aorti¬ 
que, que dans toute autre lésion cardiaque. La 
figure 69 (p. 91) rend très bien compte de ce fait, 
car elle montre que le flux rétrograde, qui se pro¬ 
duit à l’orifice aortique D, ne peut retentir sur la 
veine cave et l’engorger, qu'après avoir, au préa¬ 
lable, forcé l’orifice mitral A, dilaté l’oreillette 
gauche, congestionné le poumon (petite circula¬ 
tion), forcé à son tour l’orifice tricuspide B et di¬ 
laté enfin l’oreillette droite. 
§ 2. — Rétrécissement aortique. 
Bien plus rare que l’insuffisance, le rétrécisse¬ 
ment aortique se traduit par un bruit de souffle au
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.