Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Nouveau Dynamomètrographe universel et Ergographe et leur importance pour le diagnostic des désordres du labyrinthe de l'oreille
Person:
Stein, Stanislas von
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit37735/10/
112 
NOUVEAU DYNAMOMÈTROGRAPHE UNIVERSEL. 
En outre, il faut aussi observer les angles de montée ou de descente et 
indiquer dans chaque cas en cm. la vitesse avec laquelle passe le papier. 
A une vitesse de 2 cm., 5 en 5 secondes (vitesse la plus propre à en¬ 
registrer tous les détails) je distinguerai Vangle tétanique formé à l’origine de 
la ligne ascendante avec la ligne maximale et l’angle ergo-tétaniqve formé par 
l’extrémité des dents. Chez les sujets normaux l'angle tétanique est presque 
droit et l’angle ergo-tétanique varie entre l’angle droit et un angle très-aigu, 
selon la force. Dans chaque dent je différé la ligne ascendante, que je nome- 
rai branche ascendante, et la ligne descendante, que je nomerai branche des■ 
cendante. 
Les épreuves sur les individus normaux et les malades ont été faites avec 
les précautions suivantes: 
1. Elles avaient lieu le matin et ne devaient être précédées d’aucun tra¬ 
vail physique. 
2. Entre chaque 2 dynamogrammes, un repos de 24 heures; entre 
1 épreuve de la main droite et celle de la main gauche, % h.—une heure. 
3. Le poids devait être soulevé sans élan. 
4. La largeur de la poignée était réglée d'après la main de chaque in¬ 
dividu. 
5. Les yeux n étaient pas simplement fermés mais bandés avec une ser¬ 
viette propre. 
6. Le poids était soutenu pendant 10 minutes si le malade n’éprouvait pas 
de symptômes tels que vertiges, nausées, faiblesse générale, ou chute du poids 
jusqu'à 0. 
7. La hauteur du dyuamomètre correspondait à la taille du sujet: on 
mettait soit un petit banc, soit plusieurs planches jusqu'à ce que la main pût 
saisir commodément la poignée. L’examen au dynamomètre se faisait assis, si 
le malade n’était pas en état de se tenir debout. 
_ 8. Il est important que, pendant l’examen, le sujet se tienne le corps 
droit, dans la position verticale, et qu’il ne s’incline pas de côté, augmentant 
ainsi de tout le poids de son corps celui de sa main. Pour plus de préci¬ 
sion, derrière le malade, était suspendue une verticale qui marquait le moin¬ 
dre écart dans la position du corps. 
Passons maintenant à l’analyse des courbes obtenues chez divers malades. 
Ce qui m’interressait surtout, c’était la relation des désordres du labyrinthe 
avec les variations du degré de la force. Les expériences qui ont été faites sur 
les animaux montrent d’une manière incontestable un affaiblissement des fonc¬ 
tions musculaires après la lésion ou la destruction du labyrinthe (Tonusla¬ 
byrinth Flieh. Ewald). J’ai démontré de même cette relation chez l'homme 
par mes ichnogrammes (les pistes et leur disposition) mais, concernant les 
bras et les mains, il n’v a, que je sache, aucune indication exacte. C’est cette 
circonstance qui m’a amené à imaginer un nouveau dynamomètrographe. Quant 
à Tergographe de Mosso, je irai trouvé nulle part qu’on s’en soit servi pour 
l’examen des maladies accompagnées de désordres de l’équilibre. Il y a encore
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.