Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Détermination de la chaleur spécifique du sang
Person:
Hillerson, S. D. Stein-Bernstein
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit36119/3/
PETE WM] NATION DE DA CUADEUK SPÉCIFIQUE DU SANG. 
45 
introduisant une quantité déterminée d’eau à 100°. Les chiffres obtenus par 
l'un et l'autre procédés différaient entre eux de moins de 0,25 pour cent. 
Dans toutes nos expériences nous avons échauffé le sang à 38,28°—38,51° 
en nous servant à cet effet de l'étuve inventée par M. AV. Louguinine. Grâce à 
cet appareil, les liqueurs que nous étudions pouvaient être maintenues durant 
plusieurs heures à une température dont les variations ne dépassaient pas 0,01 °. 
Cet appareil est formé d’un vase cylindrique eu laiton A à doubles pa¬ 
rois et traversé d’un canal central B fermé en haut et en bas par des couver¬ 
cles. Dans l’espace annulaire de ce vase, qu’on remplit d’huile d’olive, est disposée 
une spirale en platine G (longueur du til = 1 m., diamètre = 0,5 mm.), dans 
lequel le courant qui sert a chauffer l’huile passe par l'intermédiaire des bornes 
NN '). 
Ce courant était fourni par 4 accumulateurs Tudor (2 v et 10 a 
chacun); pour le régulariser, un galvanomètre et un rhéostat étaient introduits 
dans la chaîne. Les lettres kk désignent un agitateur mis en mouvement par 
un moteur électromagnétique. Le corps à étudier est placé entre les deux moi¬ 
tiés d’un cône ff qui est disposé dans l’intérieur du canal central; lorsqu’on presse 
le bouton g. ces moitiés, disposées de manière à pouvoir s'écarter, ainsi que 
le couvercle inférieur H du canal central, s'ouvrent et le corps chauffé tombe 
dans le colorimètre ’)• H est facile de voir que grâce a cet arrangement le 
corps chauffé ne perd point de chaleur en passant de l’étuve au calorimètre. 
C’est egalement à l'étuve qu'appartient le vase cylindrique protecteur â doubles 
parois dddcl; l'espace annulaire qui sépare ces dernières peut contenir environ 5 lit 
d'eau que nous faisions ordinairement chauffer dans nos essais à 30°. 
Les deux thermomètres du calorimètre (construits par Baudin en verre fran¬ 
çais difficilement fusible et dont le point 0° est presque immobile) placés l’un dans 
l'huile, l’autre dans le canal central, avaient été comparés de degré en degré 
avec un thermomètre normal du Bureau des poids et mesures à Paris et indi¬ 
quaient les centièmes de degré. La lecture du nombre des degrés se faisait k 
l’aide d’une lunette. Ces thermomètres dépassaient l’étuve de si peu, que nous 
avons pu négliger cette circonstance et ne pas en apporter de corrections. Le sang 
dont nous nous servions dans nos essais fut versé dans de petits flacons k 
parois minces et munis de bouchons de verre rodés k l’émeri. La chaleur 
spécifique de ces flacons a été déterminée pour la température k laquelle nous 
avons chauffé le sang dans tous nos essais. Une série de ces déterminations nous 
donna comme chaleur spécifique du verre en moyenne 0,1827 pour les tempéra¬ 
tures variant entre 38° et 0°. Outre cela, la chaleur spécifique de ces flacons fut 
encore déterminée pour les températures entre 100" et 0°, ce qui donna 0,1930, 
c’est k dire un chiffre plus grand, que le précédant comme on devait aussi s’y 
attendre. 
*) M. le prof. agr. W. Louguiniae s’est servi dans ses recherches calorimétriques du cou 
rant galvanique sans avoir eu connaissance du travail de son prédécesseur, le physicien an¬ 
glais Henry Crew (Phil. Magaz. V. Série, T. XXXIII. p. 89). 
3) Ce mécanisme, inventé également par M. W. Louguinine, à été décrit dans l’article „No u- 
velle étuve pour calorimètre à glace“. (Ann. de Ch. et de Pli. 7 s. I v. p. 423) et se distingue 
du mécanisme similaire de Schüller et Warth en ce qu’en pressant le bouton on fait s’ôuvrir 
le couvercle inférieur en même temps que les moitiés du cône.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.