Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
La méthode graphique dans les sciences expérimentales et principalement en physiologie et en médecine
Person:
Marey, Étienne Jules
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit3585/453/
428 
TECHNIQUE. 
CHAPITRE I. 
se présentaient. Ainsi, pour les variations horaires aux différents 
mois de l’année, on pouvait employer les tableaux numériques à 
double entrée, du genre de celui que nous avons indiqué page 98. 
D’autre part, on pouvait tracer les douze courbes des variations 
horaires moyennes du phénomène construites pour chaque mois ; 
enfin on pouvait employer des courbes d’égal élément semblables 
à celles que Lalanne a imaginées pour les températures et les 
hauteurs des' marées. L’Annuaire météorologique de Montsouris 
pour 1878 contient ces trois modes de représentation pour chaque 
ordre de phénomène, de sorte que le lecteur peut juger par lui- 
même quel est le genre d’expression qui lui fait le mieux com¬ 
prendre le sens des variations. 
Les figures 222 et 223, empruntées à VAnnuaire météorologique, 
montrent deux expressions d’un même phénomène, les variations 
horaires moyennes de la hauteur barométrique aux différents mois 
de l’année. On trouvera peut-être la figure 222 plus claire et plus 
facile à comprendre, mais elle est assurément beaucoup moins 
explicite que la figure 223, qui fait mieux ressortir les relations 
des différentes phases. Une ligne ponctuée M trace les positions 
des maxima de pression barométrique; m correspond aux mi¬ 
nima. 
Dans les figures 224 et 225 sont représentées, sous les deux 
mêmes formes que ci-dessus, les variations horaires de la décli¬ 
naison magnétique aux différents mois de l’année. Les mêmes 
réflexions s’appliquent à la valeur relative de ces deux courbes. 
Enfin, il y a un grand intérêt à rassembler sous le regard les 
courbes du plus grand nombre possible d’éléments météoro¬ 
logiques. L’annuaire de Montsouris en a groupé un très-grand 
nombre dans les figures 226 et 227. La première de ces figures ex¬ 
prime la pluie, la pression barométrique, la température de l’air 
à l’ombre et l’actinomètre. La seconde figure montre la direction 
et la vitesse du vent, la tension de la vapeur, le degré hygromé¬ 
trique, la vitesse de l’évaporation, la proportion de l’ozone cl le 
degré de nébulosité. 
Dans les courbes de la pluie, chaque interligne correspond à un 
millimètre d’eau tombée. 
Pour les courbes barométriques, l’interligne exprime une varia¬ 
tion d’un millimètre de mercure. ( La courbe est teintée dans la 
partie qui correspond à une pression au-dessous de la normale à 
Montsouris : 755.) La pression est prise à midi.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.