Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Leçons de pathologie expérimentale et lecons sur les propriétés de la moelle épinière
Person:
Bernard, Claude
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit3434/582/
MÉDECINE PIlYSIol.ocigCE. 569 
n’cxistc pas plus deux sciences «I«* la \ir qu'il n'\ a «leux 
ordres de mécanique. (.lie/, l'homme eu saule cou une 
chez riioniuie malade, ou retrouve toujours les mêmes 
lois organiques; elles ne se sont modelées que dans leurs 
manifestations. I)c là il résulte que jamais il ne sera pos¬ 
sible de comprendre l’état pathologique sans la connais¬ 
sance préalable de l’étal physiologique. 
Appuyer la médecine sur la physiologie n’est pas, 
dira-t-on. une idée nouvelle. Depuis longtemps on a 
compris que la vie à l’étal normal in- pouvait être sépa¬ 
rée de la vie à l’étal morbide, et depuis longtemps aussi 
des médecins ont eu l’idée d’établir la médecine sur une 
base physiologique. Parmi les homines plus rapprochés 
de nous qui ont fait celte tentative, nous citerons Brous¬ 
sais. qui. |M)iir ne laisser aucune équivoque dans les 
esprits, avait donné à son système médical le nom de 
médecine physitdoyn/iw. Il a meme fait précéder sa 
théorie médicale de sa théorie ph>siologiquc pour mon¬ 
trer qu il unissait indissolublement l’ui.c et l’autre. 
Sous ce rapport, la médecine physiologique ne date¬ 
rait pas seulement de Broussais : **ar ou peut dire qu’à 
toutes les é|HMgics de la science les médecins ont adopté 
sciemment ou iuscicmmcnt les idées physiologiques ré¬ 
gnantes pour en déduire leur pratique médicale. Mais 
nous vous prouverons tout à l'heure que ces théories 
médicales physiologiques qui se présentent à nous, dans 
I histoire, sous la forme de s\sternes qui se sont succédé 
et ont duré un temps plus ou moins long, n’ont rien de 
commun avec ce que nous appelons la médecine cj/tc- 
rimentale.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.