Bauhaus-Universität Weimar

LANGAGE. 
885 
gauches (parfois des première, deuxième et troisième temporales), au moins la moitié 
postérieure du gyrus supramarginalis, ou lobule du pli courbe, enfin le pli courbe 
ou gyrus angularis (QueNsel et Flechsig). Nous verrons plus lard quelle partie de ces 
territoires réclame la zone visuelle verbale. Signalons seulement que c’est au cortex 
du tiers postérieur de la première temporale que la majorité des auteurs, Wernicke, 
Kussmaul, Dejerine, localise le centre des images auditives verbales. 
On a sérié davantage encore les centres auditifs : à côté du centre banal et bilatéral, 
fixé au tiers moyen de la première temporale ou plus récemment encore en la temporale 
profonde (Flechsig), le centre de perception des images auditives a été localisé au tiers 
postérieur de la première temporale. Enfin, sur la région antérieure et inférieure du 
gyrus angularis existerait un centre psychique, surtout mnésique, des images auditives 
(Henschert) ; ce centre mnésique est, il est vrai, situé par d’autres sur le gyrus supra¬ 
marginalis (Otuszewski), Pour Flechsig, l’écorce du gyrus angularis (pli courbe) entier 
formerait les mots avec les images des lettres. 
Il convient de faire remarquer, sans aller plus loin, que, pour un très grand nombre 
d’auteurs, on ne serait nullement en droit de distinguer deux fonctions de réception, 
deux centres sensoriels distincts. Les altérations de la zone de Wernicke, telle que nous 
l’avons limitée plus haut, entraîneraient également un déficit verbal auditif et visuel. 
Quoiqu’il en soit,les auteurs se sont accordés à reconnaître des syndromes morbides 
distincts, selon qu’intervenait la conception d’un centre sensoriel commun ou de centres 
distincts. Il convient également de rappeler une fois pour toutes que, divisés en une 
quantité de petits centres distincts, ou répartis en deux ou trois groupes principaux 
(auditif, visuel, moteur) seulement, les centres sont étroitement unis entre eux1. 
C’est ainsi que si dans les lésions du centre auditif il y a des troubles de la parole 
spontanée, cela tient à [ce que la lésion du centre auditif trouble les processus d’asso¬ 
ciation nécessaires à la formation du mot. 
Mais le centre auditif verbal ne joue pas seulement un rôle important dans la 
coordination des phénomènes du langage, il les contrôle aussi au plus haut degré. 
Hughlings Jackson, le premier, s’efforça d’expliquer la doctrine des aphasies dans son 
ensemble par un système de mécanismes frénateurs dont le jeu serait plus ou moins 
faussé : Wernicke, Broadbent et surtout Pick ont insisté sur cette conception, et ont 
cherché à démontrer cliniquement que les fonctions du centre moteur du langage s’ac¬ 
complissent sous la direction du centre auditif. Celui-ci serait un véritable frein, et 
on donne à cet effet comme preuves la logorrhée et le bredouillement des malades 
atteints de surdité verbale. 
Il convient de résumer maintenant ce que nous ont enseigné les recherches cliniques 
et anatomo-pathologiques des neurologistes. Dans l’immense majorité des cas, les lésions 
observées à l’autopsie intéressent d’une façonassez étendue le territoire sylvien, détruisent 
la corticalité cérébrale et pénètrent assez avant dans la substance blanche. On observe 
le plus souvent un syndrome mixte, dit aphasie sensorielle ou de Wernicke, que caracté¬ 
risent les troubles suivants : sans hémiplégie, sans difficulté ni incorrection de l’arti- 
ticulation verbaleVobservent des troubles prononcés dans l’émission verbale, logorrhée, 
déformation des mots et des phrases avec emploi des termes dans un sens qui n’est 
plus le leur (paraphasie), création de vocables néoformés dénués'de sens (jargonaphasie), 
impossibilité d’écrire spontanément ou sous la dictée, possibilité (souvent réduite) de 
copier servilement un modèle en le dessinant sans le comprendre, lecture défec¬ 
tueuse, incomplète, parfois nulle (cécité verbale), incompréhension plus ou moins 
accusée du langage oral (surdité verbale). 
Certains auteurs distinguent, à côté de la forme précédente ou aphasie sensorielle 
corticale,• une surdité verbale pure ou aphasie sensorielle sous-corticale (un seul trouble, 
la non-compréhension du langage parlé) par lésion de la substance blanche de la 
première ou de la deuxième temporales, et une aphasie sensorielle transcorticale, dans 
laquelle le malade entendrait les mots, les reconnaîtrait en tant que signes de langage 
(perception première) ; mais ne les identifierait plus, c’est-à-dire n’en saisirait plus le 
1. Les voies d’association des centres du langage sont courtes, moyennes ou longues (fais¬ 
ceau arqué ou longitudinal supérieur, faisceau longitudinal inférieur, faisceau uncinatus).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.