Bauhaus-Universität Weimar

m 
LANGAGE. 
rents auteurs. Pour les uns, et Charcot est de ce nombre, la lésion d’un centre distinct 
donne un syndrome très pur, celui de l’insuffisance de ce centre, et de ce centre seul, 
sans addition de troubles des centres voisins. Pour ces auteurs, il est vrai, ces centres 
sont anatomiquement distincts, séparés, sur la corticalité même de l'hémisphère(v. schéma 
de Charcot), par des zones indifférentes tout au moins au point de vue du langage, 
leurs connexions dans la profondeur demeurant assurées par de multiples voies d’as- 
sooiation. 
Pour d’autres auteurs, et les neurologistes et physiologistes modernes se rallient 
Fig. 132. — Schéma de Charcot [in Bernard, 1885). 
IC, centre d’idéation ; CAM, centre auditif des mots ; CLA, centre du langage articulé ; CVC, centre visuel 
des mots ; CLE, centre du langage écrit; CAC, centre auditif commun. 
pour la plupart à cette opinion (v. fig. 135), les centres corticaux du langage forment 
une bande continue faisant à peu près le tour du golfe sylvien. Les centres sont 
unis entre eux par un système d'association extrêmement touffu; aussi, suivant une 
conception quinous paraît mieux répondre non seulement à la complexité mais encore 
à l’étroite union des différentes mentalités du langage, « toute altération de la zone 
du langage en un point quelconque de son étendue entraîne, non pas des troubles 
limités à tel ou tel mode du langage, mais une altération de tous les modes du lan¬ 
gage, avec prédominance de ces troubles sur le mode correspondant au centre d'images 
directement atteint par la lésion » *. 
1. Dejerine, Anatomie des centres nerveux, II, 248; 1901.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.