Bauhaus-Universität Weimar

820 
LAIT. 
Les pulpes et les drêches, toujours distribuées avec d’autres aliments (foin, etc.), ne 
modifient pas sensiblement la composition grossière du lait, pas plus qu’elles n’élèvent 
d’une façon notable son degré d’acidité. 
Cependant, lorsque l’ensilage a été mal fait ou a duré longtemps, le lait a quelque¬ 
fois une saveur spéciale, désagréable (Nicolas), et subit facilement la fermentation acide. 
Il ne faut pas oublier que la mamelle est un émonctoire important et que plusieurs 
substances passent à travers la glande mammaire sans être modifiées. C’est grâce à 
cette propriété que certains aliments produisent des beurres plus parfumés que d’autres. 
Le lait produit par des vaches alimentées avec des pulpes avariées contient des prin¬ 
cipes encore inconnus, que l’analyse chimique ne décèle pas, provoquant des troubles 
digestifs chez les enfants qui le consomment (Marfan). 
Rôle des sels. — Il est presque impossible de modifier la teneur du lait en sub¬ 
stances minérales; les tentatives ont surtout porté sur les phosphates. Les analyses de 
Duclaux ont montré que les laits vendus comme laits phosphatés par alimentation 
spéciale de la vache n’avaient pas leur richesse modifiée. 
I.ait ordinaire. 
Lait phosphaté. 
moyenne. 
moyenne. 
Phosphate de chpux.. 
3,40 
Acide phosphorique en 
excès. . 0,62 
0,65 
Autres sels...... 
3,34 
Total. . . 
. . . .' . 7,50 
7^55 
Schulte a étudié l’influence de l’addition à la ration de fer, de chaux, de phosphore, 
c’est à peine s’il a pu obtenir une très légère augmentation de ces corps dans le lait : 
les analyses minutieuses de Yaudin démontrent également la fixité remarquable de la 
composition des cendres. Les écarts entre les régimes les plus divers ne dépassent pas 
30 centigrammes, sur 8 grammes environ de cendres. 
Des galactagogues. — On appelle galactagogues ou bien galactogènes, comme 
l’indique l’étymologie de ces noms, des agents auxquels on attribue le pouvoir de 
provoquer, rappeler ou augmenter la sécrétion lactée. Divers auteurs appellent ces 
mêmes moyens galactopoiétiques, ou encore lactigènes. lactifères. 
Les moyens galactagogues sont soit des actions mécaniques, soit des substances. 
Mais, pour qu’une actiou ou une substance mérite vraiment le nom de galactagogue, il 
ne suffit pas qu’elle ait le pouvoir d’augmenter la sécrétion lactée. Il faut encore qu’elle 
ne nuise pas à la qualité du lait sécrété. Or, comme l’a fort justement remarqué 
Fonssagrives, « l’abondance du lait et sa richesse nutritive sont deux faits qui, loin 
d’être corrélatifs, sont, au contraire, souvent antagonistes. Les galactogènes réels sont 
donc des moyens qui exagèrent la sécrétion lactée sans augmenter en rien la richesse 
du lait ». 
Tour à tour vantés dans l’antiquité et au moyen âge, puis presque niés à notre 
époque, par un de*ces changements subits de préférence dont la science médicale a 
donné plus d’un exemple, les galactogènes méritent cependant d’être étudiés. 
L’action des galactogènes et des agalactiques sur la glande mammaire est encore 
mal élucidée. Pour Rohrig, tous les médicaments qui élèvent la tension artérielle 
augmentent la sécrétion lactée, et ceux qui abaissent la première diminuent la seconde. 
C’est ainsi que la digitaline, la caféine auraient une action galactagogue; sous l’in¬ 
fluence de la strychnine, la sécrétion deviendrait quinze ou seize fois plus abondante, 
puis retomberait au-dessous de la normale; il y aurait donc là une action directe sur 
les nerfs sécréteurs de la glande mammaire. 
D’après d’autres auteurs, les glandes lactées étant des glandes cutanées, les substances 
diaphorétiques seraient galactogènes. C’est ainsi que A. Robin, dans ses recherches 
sur le jaborandi, a avancé que le jaborandi et son alcaloïde la pilocarpine ont une action 
stimulante sur la fonction mammaire; mais cette action est niée par Stumpf, Ch. Cor- 
nevin, Hammerbacher et Marmé. 
Pour Dolan, Hammerbacher et Neumann, la belladone et l’atropine diminuent beau¬ 
coup la quantité du lait, qui devient alors plus riche en principes solides.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.