Bauhaus-Universität Weimar

LACRYMAL. 754 
pas supprimée. Au sujet des filets provenant du facial, nous en sommes donc réduits à 
des hypothèses. 
III. Action et rôle du sympathique. — Le rôle du sympathique a été étudié depuis 
longtemps, et il n’est pas douteux qu’il ne soit extrêmement important dans la sécré¬ 
tion des larmes. La difficulté est de dissocier l’action des filets sympathiques plus 
spécialement chargés de la vaso-motricité et de ceux qui jouissent de propriétés 
purement sécrétoires. C’est pour cela que l’étude de la circulation de la glande lacry¬ 
male est absolument inséparable de celle de son innervation. Enumérons les faits expé¬ 
rimentaux : 
i° Expérience de Pourfour du Petit. — C’est l’expérience classique de la section du 
cordon cervical du grand sympathique. Myosis, hypotonie du globe oculaire. Rétrécis¬ 
sement de la fente palpébrale. Projection de la troisième paupière. Effets sécrétoires 
sur la conjonctive et sur les glandes de l’orbite. 
2° Expérience de Cl. Bernard. — « Lapin. Ablation du ganglion cervical supérieur. 
Deux jours après, section du facial dans sa portion intra-pétreuse. Mort 7 jours après 
la première intervention. On remarqua, dans les derniers jours de la vie du lapin, que 
l’œil du côté où le ganglion cervical supérieur avait été enlevé, était humide et larmoyant. 
On avait également observé qu’il y avait un écoulement sur la narine du même côté. » 
Cette expérience serait en faveur de fibres fréno-sécrétoires dans le cordon sym¬ 
pathique. 
3° Wolferz. — Excitation du sympathique cervical. Exagération de sécrétion, même 
après section du lacrymal. 
4° Demtchenko. — Excitation du sympathique cervical. Exagération de la sécrétion 
lacrymale et de la sécrétion conjonctivale (après l’extirpation de la glande). Excitation 
du sympathique d’un côté : sécrétion d’un liquide épais, visqueux et filant. Excitation 
du lacrymal : liquide clair et limpide. 
o° Reich. — Cet auteur a fait 13 expériences pour critiquer les résultats de celle de 
Czermak, pui3 11 expériences pour montrer que l’excitation faible du trijumeau ne 
donne rien. Il faut des excitations fortes et dans ce cas le courant a pu diffuser sur 
d’autres nerfs. 
Autre expérience de Reich: Après section intra-cranienne du trijumeau, il obtient 
une sécrétion réflexe des larmes en excitant la muqueuse des fosses nasales. 
Les expériences de Reich tendent à démontrer non seulement que le trijumeau n’a 
aucune action sécrétoire directe, mais même encore n’est pas indispensable dans la 
conduction des excitations centripètes nécessaires à la sécrétion. 
Il conclut à faction prépondérante du sympathique. 
6° Tépliachine formule la même opinion. 
7° Expérience iî’Arloing. — lrc expérience : chèvre et bœuf. Section du sympathique 
cervical. 
Hyperémie et hypersécrétion de l’œil. L’hypersécrétion dure de 20 à 40 jours. 
Conclusion : Existence de fibres fréno-sécrétoires sympathiques. 
2e expérience : Section du sympathique gauche depuis 40 jours. 
Section du sympathique droit. 
Injection de pilocarpine : hypersécrétion plus abondante du côté droit. 
Conclusion : Existence de fibres excito-sécrétoires sympathiques. Arloing a démontré 
l’existence de ces fibres chez certains autres animaux et a de plus reconnu que la 
prédominance des unes sur les autres variait suivant les espèces. 
8° Expériences de Laffay et Verger. — lre expérience : Lapin. Section i}ju sympa¬ 
thique droit et excitation : hypersécrétion lacrymale. 
Conclusion : Prédominance de fibres excito-sécrétoires. 
2e Expérience : Section du sympathique droit : hyperémie et larmoiement du côté 
correspondant. Quinze jours après, injection de pilocarpine : hypersécrétion plus abon¬ 
dante du côté sain. 
3e Expérience : Facial arraché. Quinze jours après arrachement du sympathique du 
même côté, l’œil reste encore lubrifié et humide. Huit jours après, injection de pilo¬ 
carpine, hypersécrétion très augmentée du côté sain. Du côté lésé, liquide blanchâtre 
lactescent.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.