Bauhaus-Universität Weimar

ISOTONIE. 
715 
Les abaissements montèrent à 0.591°, 0.601° et 0.596°. Moyenne 0.596°. 
Ce nombre s’accorde avec une solution de NaCl x 1 p. 180 — 0.983 p. 100. 
On voit que les deux nombres 0.983 et 0.988 s’accordent parfaitement. 
Ce résultat prouvait de nouveau que les conclusions de nos recherches sur l’isotonie des 
globules rouges avaient été exactes. 
Qu il nous soit permis, à propos de ces considérations, de faire quelques remarques 
sur la méthode cryoscopique, méthode qu’on emploie actuellement dans la grande majo¬ 
rité des cas où l’on a à déterminer] la force hydrophile ou tension osmotique d’un 
liquide quelconque. 
D’abord une question de nomenclature. 
Par exemple, on a déterminé le'point de congélation d’une urine, et on a trouvé pour 
l’abaissement A = dépression, — 2,14. 
Maintenant, il s agit de calculer la concentration en molions : quelle en est la valeur? 
Or, nous savons que toute molécule et tout ion, quelle que soit la nature de la substance 
dissoute, abaissent toujours le point de congélation du dissolvant de la môme quantité. 
On a établi qu’une solution de sucre de canne, renfermant une molécule-gramme par 
litre (c est-à-dire, une molécule exprimée en grammes), effectue une dépression con¬ 
stante de 1°,85. Par conséquent, toute autre molécule ou ion produira la même dépres¬ 
sion. Gomme 1 urine avait une A = — 2°,14, elle contiendra = 1,15 molions 
(molécules + ions par litre). 
Autrefois on avait l’habitude d’exprimerles résultats de la façon suivante :1a concen¬ 
tration moléculaire del’urine est de 1,15. J’ai proposé de ne plus parlerici de concentra¬ 
tion moléculaire, mais bien déconcentration osmotique. Cette proposition a reçu un accueil 
avoiable. En effet le calcul ne donne pas seulement la quantité de molécules présentes 
dans le liquide, mais [aussi le nombre des ions y compris. Il vaut mieux réserver l’ex¬ 
pression de concentration moléculaire h la quantité de molécules-grammes qu’on dissout; 
par exemple : on dissout cinq molécules-grammes de NaCl par litre. Alors la concen¬ 
tration moléculaire de NaCl est de cinq. Mais dans la dissolution le nombre des parti¬ 
cules augmente par la dissociation d’un certain nombre de molécules. Ce qu’on obtient 
alors, nous voulons l’appeler concentration osmotique, parce que cette valeur représente 
a mesure des propriétés osmotiques, auxquelles les ions participent aussi bien que 
molécules non dissociées. 
Parfois il est utile d’exprimer le A'encore d’une autre façon: il s’agit, par exemple, 
de chercher la solution de NaCl ayant la même dépression que le liquide en question. 
Alors on calcule de la manière suivante : une solution de NaCl à 1 p. 100 a une dépres¬ 
sion de 0,589°, par conséquent une dépression de 2,14 correspond à une solution de 
NaCl de 2,14 : 0,589 = 3,58 p. 100. Cependant ce calcul n’est pas parfaitement correct ; 
il implique deux fautes. D’abord le nombre 0,589 a été obtenu par la méthode cryos¬ 
copique de précision (Daoult, Nernst et Abegg), méthode qu’on ne peut pas employer 
pour les évaluations de liquides organiques, parce qu’on ne dispose pas de quantités 
considérables. Les méthodes qui s’imposent pour les liquides physiologiques et patho¬ 
logiques produisent d’autres valeurs, balançant entre — 0,588 et — 0,613°. Il y a plu¬ 
sieurs facteurs qui y jouent un rôle : la construction de l’appareil, la température du 
mi îeu réfrigéiant, la manière d agiter le liquide à examiner, etc. C’est pour cela que 
j ai proposé de déterminer pour chaque série d’expériences, la dépression d’une solu¬ 
tion de NaCl de 1 p. 100 et d’opérer d’une manière tout à fait semblable en évaluant la 
depression des liquides à examiner. 
La deuxième faute qu’on commet en pratiquant le calcul mentionné consiste en ce 
qu on suppose qu’il y a une proportionnalité entre la concentration osmotique du 
liquide et la dépression de la solution de NaCl de 1 p. 100; en d’autres termes, si la * 
depression de cette solution est de 0,589, on n'a pas le droit de dire qu’une solution de 
NaCl de 2 p. 100 indiquera un abaissement de 2 x 0,589°. En effet la dépression sera 
plus petite, parce que, dans une solution plus concentrée, la dissociation électrolytique 
est moips prononcée que dans npe solution plus faible. Donc, en réalité, dans notre 
exemple, la valeur de 3,58 est trop petite.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.