Bauhaus-Universität Weimar

570 
INTESTIN. 
niveau de I intestin grele, le relâchement de la couche circulaire et la contraction de la 
couche longitudinale. Mais cette action inverse, qui a lieu de surprendre a priori, 
s explique par des conditions expérimentales défectueuses, comme nous avons pu nous 
en convaincre. Les tractions auxquelles est exposé le pédicule du segment intestinal, 
peuvent, en effet, troubler profondément la circulation de ce segment. Dans ce cas, 
la couche circulaire présente des contractions d’une intensité anormale, tandis que 
la couche longitudinale se relâche au maximum. Ces phénomènes sont dus à l’excitation 
du pneumogastrique par le sang asphyxique, dont l’influence motrice nous est connue. 
On comprend,par suite, qu’une excitation pratiquée sur le splanchnique les atténue ou 
les supprime momentanément, c’est-à-dire produise l’arrêt plus ou moins marqué des 
contractions de la couche circulaire et la rétraction concomitante de la couche longitu¬ 
dinale. Il y a là, en somme, une action analogue à celle qu’ont décrite autrefois Ludwîg 
et Kupfer, chez un animal récemment tué. Mais il suffit de replacer le segment intes¬ 
tinal dans des conditions physiologiques, au point de vue de sa circulation, pour voir 
Fig. 97. — Excitation du. bout central du grand splanchnique. La contraction se produit tout aussi bien après 
l’excitation centrifuge de ce nerf (bout périphérique), qu’après son excitation centripète (bout central). 
reparaître les effets ordinaires de l’excitation du splanchnique, tels que nous les avons 
décrits. Le relâchement de la couche circulaire et la contraction de la couche longitu¬ 
dinale, lorsqu’on excite le grand sympathique, sont donc des effets anormaux liés à des 
conditions anormales. C’est unp conclusion qui ressort également des récentes 
recherches de Pal, lequel attribue au splanchnique la propriété d’augmenter ou de 
diminuer la tonicité de la couche circulaire, suivant les circonstances. 
Quant à l’opinion des auteurs anglais, qui admettent le relâchement constant de la 
couche circulaire comme de la couche longitudinale, après excitation du grand sympa¬ 
thique, nôus rappellerons que Langley et Anderson,ses principaux défenseurs, n’ont pas 
eu recours à la méthode graphique. Ils se sont contentés de l’examen direct, ce qui est 
un moyen insuffisant pour discerner la réaction motrice de chaque couche musculaire 
en particulier. Bayliss et Starling, qui défendent la même manière de voir, ont em¬ 
ployé, il est vrai, les procédés inscripteurs habituels. Mais les tracés qu’ils ont publiés 
semblent indiquer qu’ils n’ont pas réellement disssocié les mouvements respectifs de 
chaque couche (Journal of Physiology, 1899, xxiv, 99-143). Us reconnaissent d'ailleurs 
que le splanchnique n’est pas absolument dénué d’action motrice, puisque, d’après eux, 
son excitation provoque souvent, en même temps que l’inhibition des mouvements 
rythmiques, la contraction tonique de l’intestin. Il y a donc là un résultat très analogue 
à celui que nous avons obtenu (moins la dissociation de ce qui appartient à l’une ou 
à l’autre couche musculaire).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.