Bauhaus-Universität Weimar

466 
INTESTIN. 
3° Constitution du chyme dans les divers segments intestinaux. 
Le fait que l’absorption des produits de la digestion se fait sur tout le parcours de 
l’intestin et avec une intensité maxima dans les portions initiales nous explique ce 
fait constaté par tous les auteurs que le chyme à son arrivée au niveau du cæcum est 
presque épuisé au point de vue de ses substances résorbables; qu’il contient très peu 
de graisses; 4 à 6 p. 100, des traces de peptones et d’acides amidés, peu ou pas de sucres 
résorbables (Nencki et Sieber, Schmidt, etc.). Mieux encore : il ressort de diverses expé¬ 
riences qu’au cours de la digestion il n’y a à aucun moment accumulation de substances 
résorbables dans aucun segment de l’intestin. Dès que par la digestion une substance 
est devenue résorbable, elle est résorbée, et on n’en trouve jamais que très peu à l’état 
de liberté dans la lumière intestinale (Schmidt-Muhlhêim, Röhmann). Le fait est surtout 
net pour l’amidon. Bien que cette substance soit activement digérée dans l’intestin, on 
n’y trouve jamais que des traces de sucre réducteur. 
Ainsi s’explique que les aliments complètement résorbables ne s’avancent que peu 
et lentement dans la lumière intestinale : leurs produits d’hydrolyse sont résorbés 
avant même qu’ils aient eu le temps de progresser. Ainsi s’explique aussi que les ali¬ 
ments riches en déchets non résorbables, pain, légumes, etc., donnent au contraire un 
chyme qui va vite et loin. Par extension on comprendra que chez les herbivores 
l’intestin soit constamment empli, et que la digestion intestinale y soit aussi différente 
que chez les carnivores et les omnivores. 
Ces faits sont aujourd’hui bien acquis, et, pour donner une idée exacte de leur ordre 
de grandeur, nous nous bornerons à citer des expériences récentes tirées d’un des nom¬ 
breux travaux oue London a consacrés récemment à cette question {Zeit. f. p. Chem.y 
xlvi, 209). 
1° Fistide duodénale. 
Substance ingérée Volume 
200 gr. d’ovalbumine cuite du chyme 
Durée des 
expériences. 
5k,40 
Albumine 
sèche. 
gr- 
25,92 
Azote. 
gr. 
3,656 
recueilli 
par la 
fistule. 
cmc. 
569 
Albumines 
non 
digérées. 
gr- 
10,72 
Albumoses 
et 
peptones. 
gr- 
9,50 
Azote 
retrouvé. 
2,046 
Azote 
résorbé. 
0,610 
2° Fistule jéjunale à i m. du pylore. 
6h,30 
25,62 
3,657 
282 
8,1 
11,6 
2,893 
0,763 
3° Fistule iléale. 
10 heures 
25,45 
3,643 
60 
0,3 
Néant 
Traces cor- 
Totalité- 
respondantes 
à l’azote des sucs 
gastrique, biliaire 
et pancréatique. 
4° Coordination des activités des divers ferments dans la digestion intestinale. 
La digestion intestinale proprement dite est le résultat de l’action coordonnée de 
très nombreux ferments qui ne peuvent agir que dans des conditions tout à fait 
déterminées. 
Parmi les dispositions qui favorisent la digestion intestinale nous devons indiquer 
surtout. 
1° La multiplicité des sources des ferments intestinaux, qui est le premier fait remar¬ 
quable à signaler; car il nous permet de comprendre comment, une ou plusieurs de ces 
sources venant à se tarir, des suppléances peuvent se produire, et la digestion ne subir 
qu’un trouble souvent peu appréciable.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.