Bauhaus-Universität Weimar

450 
INTESTIN. 
mière théorie, la séparation de la bile et de l’acide gras se fait au sein même de la cel¬ 
lule intestinale qui absorberait le mélange entier, tandis que, dans la seconde théorie, 
la séparation de la bile et de l’acide se ferait au niveau du plateau de la cellule intesti¬ 
nale qui n’absorberait que l’acide gras. 
Il est impossible de donner des arguments précis en faveur de l’une ou de l’autre 
de ces théories. 
De l’ensemble de ces considérations résulterait donc que la résorption des graisses 
se fait en majeure partie sous forme d’acides gras solubilisés dans la bile, et en petite 
partie sous forme de savons directement solubles dans l’élément aqueux du suc intes¬ 
tinal. La résorption de laglycérine ne donne lieu à aucune considération spéciale ; car 
elle passe isolément dans l’intestin, comme nous l’avons déjà signalé plus haut. 
Il nous reste donc, pour avoir une idée complète de la résorption des graisses, à envi¬ 
sager le travail de la cellule intestinale sur les acides gras résorbés, la forme sous 
laquelle la graisse passe dans le torrent circulatoire et les voies par lesquelles la graisse 
passe de l’intestin dans l’organisme. 
a) Travail exécuté par la cellule intestinale sur lès graisses. — L’étude histologique des 
cellules intestinales d’un animal sacrifié au cours d’une digestion de graisse est le 
seul procédé qui nous renseigne sur le travail des cellules intestinales. Nous avons déjà 
signalé les résultats objectifs acquis par cette étude et qui sont les suivants : le proto¬ 
plasma cellulaire est rempli-de granulations réfringentes, colorables par l’acide osmique 
ou le rouge d’alcana : ces granulations, très petites dans le voisinage du plateau cellu¬ 
laire, augmentent de volume à mesure que l’on considère des régions plus proches du 
noyau. Jamais on ne peut mettre ces granulations en évidence dans le plateau intes¬ 
tinal. 
Quelles déductions pouvons-nous tirer de ces résultats objectifs? Tout d’abord, 
rappelons que l’acide osmique ou le rouge d’alcana, ou tout autre colorant susceptible 
d'imprégner les granulations que nous trouvons dans la cellule, colorent aussi bien les 
graisses neutres que les acides gras. Par les colorants, nous sommes donc dans l’impos¬ 
sibilité de distinguer les granulations d’acides gras des granulations de graisses neutres. 
Remarquons ensuite que le plateau des cellules intestinales est le lieu de pas¬ 
sage obligé des substances grasses qui passent de la lumière intestinale dans le proto¬ 
plasma cellulaire : il s’ensuit que ce plateau doit contenir au moins momentanément 
des substances grasses; or jamais les substances grasses n’ont pu être mises en évidence 
dans les plateaux cellulaires; il y a donc là un fait curieux et tout à fait inexpliqué. 
Enfin, les substances grasses se trouvant dans le protoplasma à l’état de granula¬ 
tions, il en résulte que les graisses ne sont pas solubles dans le milieu protoplasmique; 
on en a conclu que les graisses qui pénètrent à l’état dissous dans la cellule abandonnent 
celle-ci à l’état d’émulsion. 
Les faits suivants concernent les réactions intimes qui se passent au sein de la cel¬ 
lule intestinale. Munk a montré que,lorsqu’on nourrit des animaux avec des acides gras, 
ce sont des graisses neutres qu’on recueille dans le canal thoracique, il en est de même, 
si on nourrit les animaux avec des acides gras et de la glycérine; Franck a constaté 
que, si l’on introduit dans l’intestin du palmitate d’éthyle, on recueille dans le canal 
thoracique du palmitate de glycérine. Au passage à travers l’intestin correspond don& 
un travail de synthèse par lequel l’acide gras se combine avec la glycérine; ce travail 
de synthèse ne peut vraisemblablement pas s’accomplir dans les chylifères, il s’accom¬ 
plit donc dans les cellules intestinales elles-mêmes. 
Par conséquent, du fait que l’intestin absorbe des acides gras et qu’il excrète des 
graisses neutres, nous sommes obligés de conclure que la cellule intestinale est douée 
d’une activité de synthèse vis-à-vis des substances grasses. Plusieurs auteurs, Ewald, 
Hamburger, Moore, Frank et Ritter, etc., ont essayé de reproduire in vitro la synthèse 
des graisses au moyen d’acides gras et de glycérine mis en présence de cellules intes¬ 
tinales, mais leurs essais sont restés infructueux. 
Voies d'absorption des graisses. — Zawilski a établi que les graisses sont absorbées 
par les chylifères, sinon en totalité, du moins en majeure partie. 
D’après cet auteur, si l’on recueille dans le canal thoracique la lymphe émise après 
un repas de graisse, on retrouve dans cette lymphe 60 p. 100 des graisses ingérées. Il
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.