Bauhaus-Universität Weimar

212 
INDOL. 
go_h# Wahlbaum (00) a rencontré dans la civette employée en parfumerie le ska- 
toi mais en très minime quantité. 100 grammes de civette africaine (provenant |de 
Viverra civetta) lui ont fourni environ 0sr,l de skatol. Il est difficile de dire s il s agit 
d’une sécrétion de skatol, ou d’une altération putride ; il n’y avait pas d’indol. 
70 — Enfin le skatol a été rencontré en nature dans le règne végétal : W.-R. Dunstan 
(89) l’obtient, sans mélange d’indol, en distillant avec de l’eau le bois du Celtis reticulosa, 
qui croît à Java, àCeylan et dans les Indes, et qui possède une intolérable odeur fecaîoide. 
B. Formation synthétique du skatol. 
10‘_ La synthèse du skatol a été réalisée pour la première fois par O. Fischer et 
L. Germ\n (83), en mêlant 100 grammes d’aniline avec 70-80 grammes de ZnCl2, ajoutant 
100 grammes de glycérine, et chauffant au bain d’huile, d’abord à 160°-170°, puis à 240°; 
on distille ensuite à la vapeur d’eau. La greffe de la molécule de glycérine sur 1 aniline 
aurait pour résultat la formation d’un noyau quinoléique; mais nous avons vu déjà la 
tendance remarquable de l’un des articles carbonés de ce noyau à s’extérioriser hors 
du noyau : c’est lui qui devient le carbone latéral du skatol. On obtient dans la prépa¬ 
ration environ 6 grammes de picrate de skatol purifié. • 
2o _ On peut rapprocher de la synthèse précédente celle de Bamberger et Kitschelt 
(94) qui font réagir sur la formanilide sodée la dichlorhydrine glycérique, saponifient le 
produit par KOH, et déshydratent enfin par P205. 11 se forme, outre de l’aniline et une 
base secondaire, de la quinoléine par greffe régulière de la molécule glycérique, et 
aussi du skatol par extériorisation de l’un des articles carbonés du noyau. 
30 _ m Fileti (83) a préparé le skatol en calcinant le 3-nitrocuminate de baryum 
avec des fils de fer; le rendement est meilleur si on distille un mélange du sel de Ba 
de l’acide 3-aminocuminique (préparé à l’aide de 40 grammes d’acide 3-nitrocuminique) 
et de 60 grammes d’acide 3-nitrocuminique avec le double de son poids de poudre de 
ZmC : CH — CH3 C-CH3 
HO.OC - C«H3/XCH3 = C6H+0CH + CO2 4- H20 + O 
AzO2 AzH 
Ac. 3 nitrocuminique. Skatol. 
4« — La synthèse du skatol a été faite par E. Fischer (86 a, 86 b, 86 c), en par¬ 
tant de la phénylhydrazine C* H3. AzH. AzH2, qui se c°mbia«i‘’a'd^hy4e. Pr0P'““îU3e 
OCH. CH2. CH3, pour donner la propylidènephénylkydrazone C H . AzH. Az . C. CH . cti . 
Si l’on chauffe celle-ci avec son poids de chlorure de zinc, il se produit une vive reac¬ 
tion; après qu’elle est terminée, on chauffe encore deux minutes à 180“ et on dis¬ 
tille le produit dans un courant de vapeur d’eau. Outre que cette synthèse permet de 
se procurer le skatol en quantité notable, elle présente un intérêt théorique puissant, 
en ce qu’elle fixe la position du groupe méthyle dans la constitution du skatol ; il suffit, 
pour s’en rendre compte, d’examiner le mécanisme de la réaction : 
CH2 
\ 
C6H* C 
\ Il 
AzH. Az 
Propylidène- 
phénylhydrazone. 
CH3 
C — CH* 
= AzH3 + C«H*<^GH 
AzH 
ß méthylindol (Skatol). 
On voit que le skatol ne saurait porter son groupe méthyle qu’en position ß (Pr. 3). 
La démonstration est d’ailleurs complétée par la synthèse du méthylkétol (a methyl- 
indol), isomère du skatol, qu’on obtient dans les mêmes conditions, en remplaçant la 
phénylhydrazone de la propylaldéhyde par celle de l’acétone C6H&.AzH.Az : C\CH3 : 
CH3 
X 
CH 
C6H5 c - CH3 = Az H3 + C6H4\/C - CH3 
X II AzH 
AzH.Az a méthylindol 
Acétone- (Méthylkétol). 
phénylhydrazone.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.