Bauhaus-Universität Weimar

HYPNOTISM E. 
73 J 
propagateur de la doctrine suggestive, Liébeault, publia à un moment donné son 
<< Zoomagnétisme », pour revenir ensuite de nouveau, sous la pression de ses confrères, 
a. ses conceptions primitives. C’est ainsi enfin que Braid1 lui-même, après avoir « porté 
un coup décisif au magnétisme animal », déclara cependant, qu’un certain nombre de 
faits ne s expliquent pas par sa théorie de fatigue subjective. « Pendant longtemps — 
dit-il , je crus à l’identité des phénomènes produits par ma façon d’opérer et par 
celle des partisans du mesmérisme; d’après les constatations actuelles, je crois tout 
au moins à l’analogie des actions exercées sur le système nerveux. Toutefois, et à 
en juger d après ce que les magnétiseurs déclarent produire dans certains cas, il 
semble y avoir assez de différence, pour considérer l’hypnotisme et le mesmérisme 
comme deux agents distincts. » Ce qui est tout à fait juste. 
Nous n entrerons pas dans les détails de cette double évolution. On les trouvera faci¬ 
lement dans les nombreux ouvragas, en partie déjà cités. Mais nous avons cru néces¬ 
saire de séparer nettement ces deux domaines, ces deux catégories des phénomènes, 
afin d éviter entre eux une fâcheuse confusion et d’en faciliter l’étude méthodique. 
Lorsqu on se trouve en présence d’un fait nouveau, d’un groupe de faits nouveaux, 
que doit-on faire? — Les vérifier d’abord, évidemment. Et cela se fait, si les phéno¬ 
mènes rentrent plus ou moins dans les cadres connus. Mais, dès qu’ils s’en éloignent trop, 
dès quils paraissent « contredire » les vérités négatives acquises (les vérités positives 
ne peuvent pas se contredire), on ne les étudie plus, on les néglige. C’est ainsi qu’on 
piocéda dans le domaine qui nous occupe. Dans toutes les autres branches de la physio¬ 
logie, il n était guère admissible de traiter une question, sans connaître son histoire, 
sauf pour le « magnétisme animal ». Le plus impartial des physiologistes qui se sont 
occupés de la question, Charles Richet, écrivit en 1880, après avoir cité les études 
superficielles de Heidenhain et autres : « Quant aux élucubrations des magnétiseurs de 
profession, je ne les indique pas, et pour cause... » On comprend dès lors pourquoi les 
études de Mesmer, de Puységur, de Deleuze, de Dupotet, sont restées inconnues. Heu¬ 
reusement les derniers bouleversements scientifiques ont un peu ouvert les yeux des 
savants sur la relativité de l’impossible, et l’éloge de la méthode impartiale n’est, plus 
à faire, du moins en théorie. 
L hypnotisme est né d une négation du mesmérisme, d’une aversion pour le mesmé¬ 
risme. Et cette aversion, tout en étant an i-scientifique, a conduit à des résultats fort 
importants, à la découverte d’un champ nouveau, immense et fécond : les influences 
subjectives. Au temps de Mesmer, lorsque Cabanis écrivit son remarquable ouvrage sur 
l es Rappo) ts du physique et du moral de Vhomme, il consacra presque deux volumes entiers 
à 1 influence du physique sur le moral, et à peine une trentaine de pages à l’action 
du moral, sur le physique. Telle était la mode scientifique de son temps. Elle s’accentua 
encore davantage avec le règne du matérialisme allemand et de la pathologie cellulaire. 
La bactériologie, qui caractérise 1 époque actuelle, ne favorise pas non plus l’étude des 
influences morales. 
Mais voilà 1 hypnotisme qui, en évoluant au milieu de ces tendances mécanico- 
chimiques, détermine peu a peu un revirement complet. 11 est acquis, reconnu, et son 
champ s’élargit toujours. 
Après avoir véiifié 1 existence des faits nouveaux, que faut-il faire pour les introduire 
dans le domaine de la science? — Il faut les décrire. Une bonne description suffit quel¬ 
quefois pour faire un autre pas en avant, pour classer les phénomènes nouveaux dans 
les cadres anciens. Mais il arrive que le fait, étant par trop nouveau, ne rime avec rien, 
n entre dans aucun tiroir étiqueté. Il paraît inexplicable. On nous dit par exemple que 
sous un timbre-poste la vésication se produit par suggestion et qu’elle ne se produit 
pas, également par suggestion, sous un vésicatoire! On nous dit (Liébeault) que, parle 
même moyen, on peut faire sortir de l’oreille une boule de verre, inaccessible aux 
pinces chirurgicales?... Où placer des faits pareils? Comment les expliquer? 
1 oui expliquer, il faut connaître la cause du phénomène, et la cause n’est jamais 
simple : elle se compose d’un agrégat de conditions nécessaires et süffisantes. 
1. James Braid. Neurypnology : trad, par Je D1' Simon, avec préface de Browx-Séquard 
Pans, 1883, p, 27. ’
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.