Bauhaus-Universität Weimar

GRAPHIQUE (Méthode). 
présente-t-elle un aspect identique, quelle que soit la forme des variations de pression 
'‘“U déformation de la forme d’une 
tante de l’inertie de la masse mercuriel e, il y en a un* au re lusi‘urs oscilla- 
colonne mercurielle répond à une seule 'mP“ls’on1J,“1“*^urieCinterviennent- 
tions. Dans quelle mesure ces oscillations propres ® d pn,s310ll -> L’expérience 
elles dans les tracés qu’on prend des press.on sanguine, 
montre que, dans les limites de ses app ^ de ion enregistrées, grâce 
6St ZrdmmÖnrnürdI'curiosité, l’opinion de quelques physiologistes sur cet appa¬ 
reil tant critiqué mais aussi tant employé dans tous les laboratoires. ,'exorime 
Col déjà, en 1855, dans son livre : Die Lehre vom Artenenpuls (p. 10), s exprime 
de la façon suivante su.'le kymogr aphnm : ^ omWe aïec ,e sa„g de l’artère 
ou^tTeTouUe système: artériel)^s^ 
dans le cas contraire (qui est le pins fréquent). D an autre côte,^ éloignée8> 
cure exercent aussi une certaine influence sur J nouvelles qui parcourent les 
car il y a (du côté du manomètre) naissance d^ondes J* de *DDW1G> ne donnant 
vaisseaux de l’animal. On compren ad emeu d non ptus exactement la 
jamais le minimum des pulsations, ne peut pas donnei non p 
valeur de la pression moyenne. » . .qkk d son ami Yierordt son 
Redtenbacher, professeur de mécanique, exprime en M son man0_ 
opinion sur le kymographion.de la_ façon ®ue“es ge produisent les oscillations du 
mètre représentent d abord les lois P gont \e résultat de deux causes, 
liquide qui est dans le manome r . l’autre dans le pouls. Le manomètre 
dont l’une réside dans la masse du liquide et lautre d“S ® f causes agissantes; 
enregistreur n’est pas un pantographe fl^P10 ^ ne sont donc pas fidèles, 
S: ;UPÄ“ pas dtprès les coures du pouls, tirer une conclusion sur la 
par Yierordt et Reotenbacher,et1 d>un raobile et de la régularisation de 
à propos de la synchronisatio force qui ieur donne naissance. Plus la 
ces oscillations, fidèlement, avec c régulières prennent naissance. Les oscil- 
■résistance est grande, plus vite les os, g, f qui ieur donne naissance est 
ei sûre de la pression 
“T^ès Cvo» (.8«), pour connaître les 
struire des appareils qui do.ven »“J““ appUl dans ce genre, 
faut considérer la membrane du tyrnp , P P dit qu’on trouve dans les pro- 
En discutant la valeur du manomètre a da mai^omèlre. Les résistances, 
positions de Seebeck la preuve théonq - suffisent aussi pour faire que les 
qui suffisent pour ramener e rneicur ^ changements rythmiques de la 
oscillations du mercure soient isochrones a 1 mouvements du mercure, du 
pression du sang. Les résistances qui s opposent, aux m sont si grandes 
fait de la communication du manomètre avec les vaisseaux .
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.