Bauhaus-Universität Weimar

649 
hordénine. 
montrent que le système nerveux, et en particulier le bulbe, sont influencés par le sul- 
a e d hordenine. Si 1 on sectionne le pneumogastrique consécutivement à une iniec- 
‘°“ d 1,orde“>ne. les réactions cardiaques changent aussitôt. C’est ce que montre 
la ligure 103. 1 
• • ? ralentissement cardiaque et 1 augmentation d amplitude des pulsations sont donc 
h,en la conséquence d actions bulbaires transmises par l’intermédiaire des nerfs pneu- 
mogas „ques mais ,1 ne faudrait pas se hâter de conclure que l’augmentation d’ampli¬ 
tude et le raient,ssement card.aque ont absolument besoin de l’intégrité des nerfs 
pneumogastriques pour se produire. La figure suivante (fig. loi) montre qu’il n'en est 
L’excitabilité du pneumogastrique se modifie sous l’influence de l’hordénine, comme 
t montient les expériences faites sur les animaux à bulbe coupé ou anesthésiés par le 
! 6r ^ •? fi °01 et de ° ^ 002 Par kilogramme de sulfate d’hordénme 
e suppriment pas 1 excitabilité du pneumogastrique. 
Après une injection intra-veineuse de 0 gr. 010 par kilogramme, l’excitabilité du 
solution do sniff ^ par !a Photographie. — Effets de l'injection intra-veineuse d’une 
solut.on de sulfate d hordénine sur la pression sanguine. - Chien roquet 9 , 7 500 grammes, âgé de deux 
ans; ar*est|lesie par une injection de 0,10 grammes de chloralose par kilogramme. La pression est 
prise dans le bout central de 1 artere fémorale gauche, elle est de 12 centimètres de Hg, au début du 
tiaco. feur la ligne du temps l’espace compris entre deux traits est de deux secondes. - In, injection de 
0.05 grammes de sultate d hordénine par kilogramme. 
nerf existe encore; mais, après une nouvelle injection de 0 gr. 100 par kilogramme elle 
disparaît pour au moins une demi-heure. 
Le sulfate d hordénine agit donc sur le système pneumogastrique, non seulement en 
1 excitant (phase de ralentissement cardiaque avec augmentation d’amplitude des pul¬ 
sations), mais encore en diminuant son excitabilité dans certains cas. C’est au moment 
de l’accélération cardiaque que l’excitabilité du pneumogastrique diminue ou disparaît; 
quand ensuite le cœur se ralentit, le nerf redevient de plus en plus excitable. Les faibles 
doses produisent surtout de l’excitation, et les fortes doses, de la paralysie. Les doses de 
gr. 001 à 0 gr. 002 par kilogramme de sulfate d’hordénine ne diminuent que peu ou 
pas l’excitabilité du nerf; il n’y a pas de diminution de l’excitabilité, si le cœur ne s’ac- 
celere pas, et, en tous cas, l’effet est très passager. 
Les fortes doses 0 gr. 01 et surtout 0 gr. 10 par kilogramme donnent une diminu¬ 
tion plus marquée de 1 excitabilité. On peut même observer pendant un certain temps 
une mexcitabihté absolue du nerf. 
On notera encore ce résultat important de certaines expériences, que l’intoxication 
prolongée de l’animal à la suite d’injections répétées de doses fortes de sulfate d’hor¬ 
dénine abaisse la pression sanguine sans en provoquer secondairement le relèvement 
malgré l’accélération du cœur.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.