Bauhaus-Universität Weimar

504 
HÉMORRAGIE. 
veineux cède une partie de son contenu normal. Les deux ordres de phénomènes ci- 
dessus nous expliquent, d’une part, la discordance entre l’intensité de l’hémorragie et la 
chute de la pression sanguine, et, d’autre part, la rapidité avec laquelle cette pression 
se rétablit, quand la perte de sang n’est pas trop forte. — A ce point de vue, une expé¬ 
rience très instructive de Hoche a donné les résultats suivants : 
La saignée a été de 0,01 du poids du corps. 
Pression Pression Pression aussitôt Pression 20 minutes 
avant la saignée. pendant la saignée. après la saignée. après la saignée. 
17 à 18 cm. de Hg. 9 à 10 cm. Hg. 16 à 17 cm. Hg. 17 à 18 cm. Hg. 
D’après Dauwe, la pression artérielle met 10 minutes à se rétablir, chez le chien 
jrIG- 82. — Influence d’une hémorragie sur les variations respiratoires de la pression sanguine. 
Tracé inférieur. Pression intra-carotidienne après une saignée de 800 cc. (d après Fredericq). 
après une saignée de 2 p. 100 du poids du corps. Quand la saignée atteint 2,5 p. 100, il 
faut plus d’une heure pour que la pression remonte à son niveau normal. 
Chez le chien, les oscillations respiratoires de la pression artérielle sont également 
modifiées par une hémorragie. On sait que chez lui, contrairement à ce qui se passe chez 
les autres animaux, la pression artérielle augmente pendant l’inspiration et diminue 
pendant l’expiration. C’est l’inverse après la saignée (fig. 82). Selon Fredericq, qui a 
étudié ce phénomène, la saignée paralyse le centre modérateur du cœur, qui intervient 
à l’état normal pour différencier le chien des autres animaux à température constante, 
quant aux oscillations respiratoires de la pression artérielle. Pour que ce phénomène 
d’inversion ait lieu, il faut que la perte sanguine soit assez forte, de 3 à 5 p. 100 du 
poids du corps. . 
b) Rythme du cœur. — L’accélération du cœur apres une hémorragie a ete observee, 
pour la première fois par Hales dans l’expérience citée plus haut. Marey et Chauveau 
l’ont enregistrée sur le cheval, et la figure 83 montre que le nombre de battements 
du cœur passe de 45 à 108 par minute. Ce phénomène est une conséquence de la loi 
d’hémodynamique découverte par Marey : Le cœur bat d’autant plus fréquemment qu il 
éprouve moins de peine à se vider. , . 
Or l’hémorragie, en diminuant la pression artérielle, diminue la resistance que le 
ventricule doit vaincre normalement pour loger dans le système artériel le sang qu’il 
L’accélération cardiaque post-hémorragique a été un bel exemple, à l’aide duquel 
Marey a montré que les lois de la mécanique sont les mêmes pour tous les moteurs, 
animés ou inanimés. — Si l’on demande en effet à un moteur quelconque (électrique, 
hydraulique ou à vapeur), marchant à vide à une vitesse déterminée, de fournir un tra¬ 
vail on le verra se ralentir d’autant plus que le travail sera plus grand. Le muscle,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.