Bauhaus-Universität Weimar

294 
hématies. 
tion saline après dilution est plus forte que celle du sérum. Aussi Hamburger contrôlait-il 
par deux autres méthodes les chiffres que lui avait fournis son procédé. 
P II répéta d’abord les déterminations, faites en premier lieu par Dreser, du point de 
congélation du sérum sanguin, d’où l’on tire par le calcul la valeur de sa pression 
osmotique. La concordance entre les résultats des deux méthodes fut complete Ensuite 
il se servit également d’un procédé, proposé par Blix et Hedin en vue dauties îe- 
CheHBDiN avait employé en 1891 la force centrifuge comme moyen de détermination du 
volume total des globules rouges d’un sang donné. Il mélangeait le sang a examiner 
avec un égal volume de liquide de Müller, introduisait le melange dans des pipettes 
calibrées, formées d’un tube de verre à paroi épaisse, à lumière étroite, ouvert aux deux 
bouts. Après introduction du sang par aspiration, les pipettes étaient bouchées au 
moyen de plaques de caoutchouc et soumises à l’action de la force centrifuge, jusqu a 
ce que le volume occupé par les globules fût devenu invariable. Dans ces conditions le 
sanc à l’état normal donne un volume globulaire sensiblement constant d un échantillon 
à l’autre. La même méthode, appliquée à du sang d’origine pathologique, devait servir, 
dans l’idée de son inventeur, à la détermination des volumes relatifs de la masse globu¬ 
laire dans les différents états morbides. 
A ce moment, Hedin n’avait eu en aucune manière 1 idee d employer sa méthode a la 
mesure des pressions osmotiques. Ce fut Hamburger qui lui donna cette destination. 
Ayant été conduit par ses études antérieures à observer les changements considerab es 
de volume que subissent les globules rouges sous l’influence de solutions sa mes de 
concentrations diverses, il eut l’idée, au lieu de mesurer individuellement les globules, 
de déterminer les variations de leur masse totale dans ces diverses solutions. Pour cela, 
il reprit la méthode de Hed.n, celle de l'hématocrite. Ayant ainsi soumis a la force cen¬ 
trifuge des mélanges de globules dans diverses solutions salines ou sucrees il constata 
que pour des liqueurs isotoniques de natures chimiques diverses, le volume globulaire est 
constant, et que d’autre part, pour une même substance, le volume globulaire est en 
raison inverse de la concentration de la solution. Cette nouvelle confirmation était 
d’autant plus intéressante qu’elle gardait intacts les globules sur lesquels on opérait 
Ce fut la même méthode dont se servit exclusivement IIedln, quand d reput en 18 
ses études sur les volumes globulaires, en se plaçant cette fois au point de vue de la 
tension osmotique. Ses recherches confirmèrent complètement les résultats de Hambur¬ 
ger et les complétèrent. Hedin fut le premier qui attira l’attention sur la nature des 
coefficients isotoniques de de Vries et de Hamburger. , d la 
S’inspirant de la théorie d’ARRHENius, il démontra que ces differentes valeuis 
tension osmotique moléculaire étaient dues à la dissociation partielle des molecules en 
ions, dissociation très forte pour les sels alcalins et alcalmo-terreux aux concentratioi 
employées. Or comme il a été dit, suivant que le nombre d atomes contenus dans une 
molécule est plus ou moins grand, cette dissociation augmentera la tension osmotique 
dans une proportion plus ou moins forte, et c’est ce qui explique que de \bœs et 
Hamburger, en groupant les sels étudiés suivant leur coefficient isotomque etai 
arrivés à les grouper non d’après leurs propriétés chimiques, mais d api es 
ClU Enéfurbanu! ce'point de vue les coefficients isotoniques trouvés par ses devanciers et 
ses résultats propres, Hedin put déterminer, par une méthode physiologique, la va eur 
du coefficient de dis ociation pour différents sels, elles chiffres trouvés concordaient 
en tous points avec ceux établis par différents physiciens, qui les avaient tires de 
recherches sur la conductibilité électrique. a , 
Koeppe arrivait d’une façon complètement indépendante aux memes conclusions en 
1895 par la méthode de l’hématocrite. .... ^ 
D’autres auteurs encore, en s'occupant des mêmes questions ou de ^ attenants 
mirent confirmer ces faits, et, depuis, aucune voix discordante ne s est elevee. On peut 
donc considérer comme un fait acquis que l’action conservatrice ou destructive des 
solutions salines citées précédemment dépend de leurs propriétés osmotiques et^que 
a globulolyse qu’elles provoquent, quand elles sont Lop dilutes, est p 
d’ordre exclusivement physique.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.