Bauhaus-Universität Weimar

155 
GRENOUILLE. 
r0uee foncé placés symétriquement à droite et à gauche de la colonne vertébrale, 
s’étendant deVavant-dernière vertèbre jusqu’à la moitié de l’urostyle. Ils sont en iap¬ 
port en avant avec le péritoine qui ne recouvre que leur lace ventrale, en arriéré avec 
le plexus lombaire. Les reins, de forme semi-lun dre, sont aplatis d’avant en arriéré, 
leur bord externe est convexe et en rapport avec l’uretère; leur bord interne presque 
rectiligne présente trois échancrures qui se continuent par des sillons visib es sui la 
face ventrale légèrement concave; la face dorsale, convexe et lisse reçoit les rami¬ 
fications de la veine porte rénale. Les reins sont sépares 1 un de autre par deux gios 
vaisseaux, l’un dorsal, l’aorte commune, qui leur envoie plusieurs branches, 1 autre ven¬ 
tral, la veine cave inférieure, qui reçoit les veines rénales au nombre de cinq de chaque 
COt'»™reJT lo 
des canalicules urinifères; chez l'adulte, on a constate quds debou haient dans les 
ramifications de la veine porte rénale, Auss. W.edersheim considéré- -.1 lacav te e. 
raie des anoures comme un espace lymphatique ; le liquide trau sudé dans la cavdé 
péritonéale se trouve ainsi ramené comme le reste de la lymphe dans système 
ïaS"^"" ^Dr) naissent à la face dorsale et à >’-lrémité supérieure 
des reins. D'abord entourés par la glande, ils se rapprochent de son byd “terne , 
arrivés au tiers inférieur de ce bord, ils font saillie au dehors Chaque uretere est accom 
pa»né par le tronc de la veine porte rénale qui le suit parallèlement. Arrives a 1 extré¬ 
mité inférieure du rein, les uretères se trouvent chez le male libres dans la cavité 
corps et vont déboucher chacun par une petite fente allongée a la face dorsale du 
cloaque (fig. 57, SS<). Chez la femelle, les uretères s’appliquent contre es çmducteset 
débouchent dans le cloaque par deux orifices distincts de ceux des oviductes (fig- 39, a5 ■ 
De l’extrémité inférieure du rein, où il devient libre, jusqu’à son abouchement dans le 
cloaque, l’uretère diminue progressivement de diamètre. Signalons enfin la piesence 
d’un renflement qui, chez les grenouilles mâles, fonctionne comme receptacle séminal, 
toutefois celui-ci manque complètement chez Rana esculenta, espece que nous décri¬ 
vons; il est au contraire bien développé chez Rana temporaria. 
La vessie urinaire (fig. 53, HB) ne communique pas chez.la grenouille avec les 
uretères : elle débouche dans le cloaque par un orifice distinct. L’urine secretee par les rems 
est amenée par les uretères jusqu’au cloaque, et c’est de là qu’elle vas accumuler dans 
la vessie, qni ne présente qu’un orifice pour l’entrée et la sortie de 1 urine. Lorsque la 
vessie est distendue, l’urine repasse dans le cloaque, et de là est rejetee a i extenem 
avec les matières fécales. La vessie de la grenouille n’est autre chose que 1 allantoïde, 
évagination de la partie terminale de l’intestin primitif; cet organe adhère à la paroi 
ventrale du cloaque; il est très développé, bien que son volume varie énormément d un 
individu à l’autre. La vessie a l’aspect d’un sac bilobé à parois minces, transparences et 
très vascularisées. 
3° Appareil génital mâle. — Nous ne reviendrons pas sur les caractères exteneuis,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.