Bauhaus-Universität Weimar

916 
GRAPHIQUE (Méthode). 
Le procédé le plus simple, et en même temps le plus grossier, pour avoir un 
cardiogramme, c’est d’enregistrer, comme l’a fait Wagner, les mouvements d une 
aiguille enfoncée dans le cœur. Pour cela, on fait frotter l’extrémité libre de l’aiguille 
sur la surface d’un cylindre enregistreur. 
Brondgeest a attaché un fil à l’extrémité supérieure d’une aiguille enfoncée dans le 
cœur; ce fil passait sur une poulie et était attaché à un levier inscripteur. 
En faisant agir l’aiguille enfoncée dans le cœur sur un tambour de Marey, Kronecker 
a pu enregistrer à distance les mouvements du cœur. 
L’introduction de l’aiguille dans le cœur, à travers le thorax, ne fait aucun mal. 
Pour un lapin, la longueur de l’aiguille est de 4 à 6 centimètres; pour le chien, il faut 
qu’elle soit plus grande (aiguille de Jung). 
Un autre procédé grossier, mais exact, pour obtenir un cardiogramme, est le suivant : 
On introduit un tube de verre dans la cavité du ventricule gauche, à travers la 
paroi ponctionnée avec un gros trocart. Le jet de sang qui s’échappe par l’extrémité 
libre du tube préalablement effilée est recueilli sur une bande de papier en mouvement. 
La trace laissée par le sang sur le papier représente bien les différentes phases de la 
contraction cardiaque. 
Dans notre exposé, nous décrirons sous le nom de cardiographie directe les procédés 
qui nécessitent la mise à nu, ou l’isolement complet du cœur ou autres opérations 
et sous le nom de cardiographie indirecte (ou cardiographie clinique) les procédés qu’on 
emploie pour faire l’étude des pulsations cardiaques à travers la paroi thoracique. 
§ I. — Cardiographie directe. 
A. Cardiomyographie. — La myographie proprement dite du cœur a pour but 
l’étude de la contraction du muscle cardiaque en elle-même, sa nature, ses analogies 
et ses différences avec celle des autres muscles. 
I. Cœur isolé. — Le cœur des animaux à sang froid (grenouille, tortue, etc.) peut 
être étudié en dehors de l’organisme. Il en est de même du cœur d’un animal à sang 
chaud nouveau-né ou d’un animal qui a été refroidi artificiellement avant d’être tué. 
J> 
Fig. 145. — Cardiographe double de François-Franck. 
a) Rien de plus simple que d’enregistrer les mouvements d’un cœur isolé : on le pose 
sur une surface fixe, et on fait reposer dessus un levier enregistreur très léger. 
Dans le cardiographe simple de Marey, un petit cylindre de moelle de sureau est 
interposé entre le cœur et le levier. 
Un tel procédé d’enregistrement a été employé aussi par Ludwig, Baxt, etc. 
François-Franck, Lauder-Brunton, Cash, etc., ont construit des myographes du 
cœur à double levier. De cette façon, ils ont obtenu une amplification plus grande des 
mouvements du cœur, car les mouvements, déjà amplifiés par le premiei levier, sont 
amplifiés une seconde fois par le deuxième levier superposé au premier. 
On peut enregistrer séparément les oscillations de l’oreillette et du ventricule, en se 
servant de deux leviers enregistreurs, dont l’un repose sur le ventricule, et 1 autre sur 
l’oreillette. Ce dispositif a été employé par François-Franck. 
La plaque sur laquelle repose le cœur peut être mise en communication avec une
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.