Bauhaus-Universität Weimar

GESTATION. 
159 
A cet effet, nous avons recherché le poids de tous les enfants nés à la Maternité 
depuis 1822,— année où on a commencé à peser les enfants au moment de leur naissance, 
— jusqu’en 1899 et de tous les enfants nés à la Clinique Baudelocque. Sur 168 656 enfants 
nés à la Maternité et 19 548 enfants nés à la Clinique Baudelocque, soit un total de 
188 204 •enfants, nous avons constaté le résultat suivant * 
Enfants pesant : P. 100. 
4 000 gr. et plus....... 9 236, soit environ 5,00 
De 3500 — à 4 000 gr..... 35 124, — 17,00 
De 3 200 — à 3 500 — . . . . 31 255, — 15,00 
De 3000 — à 3200 — . . . . 39 963, — 20,00 
De 2 800 — à 3000 — . 18536, — 10,50 
De 2 500 — à 2800 — . . . . 25 019, — 15,00 
2 500 — et au-dessous. . . 29 071, — 16,00 
Pesaient moins de 3 000 grammes......... 54,090 
Ainsi, sur 188 204 enfants : étaient des prématurés 
ou débiles pesant 2 500 grammes et au-dessous . 29,071 
On peut objecter que le poids de l’enfant n’est pas toujours en rapport direct avec la 
durée de la vie intra-utérine, et que la taille des parents a une influence capitale. Nous 
ne nions point cette influence, et nous reconnaissons que les gros enfants, ceux dont 
le poids atteint ou dépasse 4 000 grammes sont le plus souvent des enfants issus de 
parents de grande taille, présentant eux-mêmes un développement exceptionnel. Mais 
la différence de taille observée chez les parents est insuffisante à expliquer la différence 
de poids observée chez les enfants. 
Ce n’est pas parce que les parents étaient de petite taille que 72 626 enfants, sur 
188 204, pesaient au moment de leur naissance moins de 3 000 grammes. La taille des 
parents peut expliquer le plus, elle ne peut expliquer le moins. 
Du reste, si au point de vue du développement de l’enfant pendant la vie intra- 
utérine, la taille des parents avait cette influence prépondérante, les femmes petites 
devraient donner naissance à des enfants petits. Or les résultats observés chaque jour 
sont en opposition avec cette manière de voir. En voici la preuve la plus démonstrative. 
Nous avons cherché quel était le poids moyen des enfants chez 100 femmes symphy- 
séotomisées, c’est-à-dire chez 100 femmes ayant presque toutes une taille au-dessous de 
la moyenne, et dont quelques-unes sont de véritables naines. Or le poids moyen de ces 
100 enfants est de 3 kil. 350 gr. Olshausen a fait la même constatation au Congrès de 
Moscou, à propos des femmes chez lesquelles il avait été obligé de pratiquer l’opération 
césarienne. 
3. — Quelles raisons peut-on invoquer pour expliquer l’influence du surmenage sur la 
marche de la grossesse ? — Sans vouloir ici étudier spécialement les causes de l’accouche¬ 
ment, question qui sera envisagée plus loin, il nous paraît nécessaire de rechercher 
quelles peuvent être les causes de l’interruption de la grossesse, c’est-à-dire de l’expul¬ 
sion prématurée du produit de la génératton, chez les femmes surmenées. 
Nous pensons, quant à nous, que tout surmenage chez la femme enceinte a pour 
effet de faire descendre l’utérus dans la cavité pelvienne et de dilater le segment 
inférieur. Ainsi agissent : les longues stations debout, tout travail excessif, nécessitant 
l’action constante ou l’effort des muscles dans la paroi abdominale. 
Depuis longtemps on a dit : la fécondation est pelvienne, la grossesse est abdo¬ 
minale. 
Nous allons essayer de prouver la véracité de cette assertion, en démontrant que chez 
les femmes qui ont un bassin vicié et chez qui, par conséquent, l’utérus reste plus ou 
moins fatalement dans la cavité abdominale, la durée de la grossesse est plus souvent 
normale que chez les femmes qui ont un bassin bien conformé. Ce point a été déjà 
étudié par F. La Torre (Du développement du fœtus chez les femmes à bassin vicié, 
Paris, 1887). Réfutant l’opinion de Fasola, cet auteur démontre, en s’appuyant sur la 
statistique de Rigaud et sur la sienne, que l’accouchement prématuré est moins fréquent 
dans les bassins mal conformés que dans les bassins normaux, et il est évident, dit-il, 
« que le bassin rétréci, loin de favoriser l’expulsion prématurée de l’œuf, semblerait 
éloigner au contraire plusieurs facteurs pathogéniques ».
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.