Bauhaus-Universität Weimar

FULGURATION. 
879 
à la connaissance de la nature intime des trémulations fibrillaires et du rythme du cœur 
que nous ignorons en grande partie. 
Je vais donner quelques chiffres relatifs aux voltages qu’il faut employer pour obtenir 
les différents effets sur le cœur. 
En plaçant une électrode sur le cœur du chien mis à nu et l’autre électrode dans le 
rectum, on observe déjà l’apparition des trémulations fibrillaires. avec une tension dp 
S volts (je n’ai pas essayé un voltage inférieur). Un courant de 120 volts produit encore 
les trémulations. Un courant de 240 volts arrête le cœur en diastole. 
En plaçant une électrode dans la bouche et l’autre dans le rectum ou sur les cuisses 
rasées et mouillées (résistance de 300 ohms environ chez le chien, de 600 chez le lapin, 
de 800 chez le cobaye, de 1 100 chez le rat), on obtient les résultats suivants. Un courant 
de 15 à 25 volts, prolongé pendant une seconde, fait apparaître les trémulations fibril¬ 
laires chez tous les animaux. Un courant de 600 volts produit encore les trémulations 
chez le chien et le lapin ; il ne les provoque plus chez le rat et le cobaye. Finalement, 
avec un courant de 1 200 volts, le cœur du chien et du lapin est arrêté en diastole pen¬ 
dant la durée de l’électrisation, puis les ventricules reprennent leurs battements, tandis 
Fig. 91. — Effets d’un courant alternatif à basse tension chez le chien. — Chien de 9 kilos, 
j Electrodes (bouche, cuisses et rectum). — Pression artérielle. 
É,,-électrisation, 40 volts. — Trémulations ventriculaires persistantes. 
que, le plus souvent, les oreillettes restent quelque temps diastolées, surtout chez le 
lapin. Les courants de 2 400 ou 4 800 volts produisent les mêmes effets. 
Les chiffres que je viens de donner ne sont valables que dans les cas où le courant 
va de la tête aux pieds, et lorsque les résistances électriques sont celles indiquées. 
Effets sur la pression artérielle. — La courbe de la pression artérielle chez les 
animaux électrocutés sui¬ 
vra avant tout les modifi¬ 
cations qui auront lieu 
dans le rythme du cœur. 
Un courant de 5 à 10 
volts allant de la tête aux 
pieds ne produit pas 
d’effet notable, sauf une 
élévation très passagère de 
lapression.Mais lorsqu’on 
atteint une tension de 20 
à 30 volts, le tracé change. Après avoir présenté une élévation très passagère à la 
fermeture du courant, la pression baisse rapidement et descend peu à peu à l’abscisse, 
ce qui est dû à l’apparition des trémulations fibrillaires du cœur. Chez le chien, la 
pression ne se relève plus (fig. 91), et l’animal meurt. Chez le lapin, au contraire, dans 
le plus grand nombre des cas, la pression se relève après un temps plus ou moins long 
(fig. 92) et l’animal se rétablit. 
Un courant de 600 volts produit encore les mêmes effets sur la pression chez le 
chien, et souvent aussi chez le lapin. 
Mais le tracé est complètement différent lorsque le courant atteint une tension de 
1 200 volts. A la fermeture du courant, la pression subit une forte élévation, et, malgré 
l’arrêt du cœur en diastole, elle ne descend pas, à cause de la violente contraction de 
tous les muscles du corps. A la rupture du contact, la pression reste encore élevée, et le 
i&fi- 
Fig. 92. — Effets d’un courant alternatif à basse tension chez le lapin. 
Lapin de 1 500 grammes. — Électrodes (bouche,cuisses;.—Pression artérielle. 
E, électrisation, 20 volts. — Trémulations ventriculaires passagères.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.