Bauhaus-Universität Weimar

FOIE. 
791 
tence du fer dans l’hémoglobine du sang des Vertébrés. La présence elles mutations du 
fer hépatique semblaient liées uniquement à la vie du sang, du sang rouge, à 1 hémoglo¬ 
bine ferrugineuse; les mutations du fer hépatique étaient la contre-partie des muta¬ 
tions du fer du sang. Le foie apparaissait comme un dépôt pour le fer du sang, qui se 
détruit dans cet organe (hématolyse hépatique); comme une réserve de fer pour le 
sang qui s’y forme (hématopoïèse hépatique).C’est cette conception, appuyée sur les faits 
tout à l’heure rappelés, qui constitue la théorie de la sidérose ou théorie hématique du 
fer du foie, imaginée par Quincke de 1877 à 1880. 
Cette doctrine n’était qu’un premier pas dans la voie de la vérité. Si en effet 
le fer du foie était uniquement commandé par les mutations du sang rouge, à hémo¬ 
globine, on ne devrait point retrouver ce métal dans le foie des Invertébrés, qui 
n’ont point de sang rouge hémoglobinique et ferrugineux. 
Or on l’y retrouve. On revoit chez les Invertébrés les mêmes faits que chez les mam¬ 
mifères, et on les revoit plus nets, plus clairs, dégagés de la complication que crée, chez 
ceux-ci, l’existence du fer dans le sang. Le fer existe dans le foie, avec autant et même 
plus d’abondance et de constance que chez les Vertébrés. C’est donc la preuve que le fer 
hépatique n’est pas lié uniquement, ni même principalement, à la vie du sang, aux 
mutations du fer hémoglobinique, qu’ilaun rôle différent et plus général. 
41. Résultats expérimentaux. Mollusques. Crustacés. — Chez les Mollusques et 
les Crustacés l’organe hépatique est assez bien limité et assez distinct pour pouvoir être 
isolé et étudié. De plus, le sang de ces animaux et des Invertébrés, en général, ne con¬ 
tient pas de fer. Ce métal y est souvent remplacé par le cuivre (hémocyanine). En outre, 
il n’y a point de représentant de la rate, autre organe qui chez les Vertébrés est riche 
en fer. L’organe hépatique jouit donc, à l’égard du fer, d’une situation privilégiée, 
exceptionnelle. 
Voici le résumé des faits indiqués par Dastre et Floresco. 
1° Le foie est l’organe ferrugineux par excellence.il est mieux spécialisé, à cet égard, 
que le foie des Vertébrés supérieurs, puisqu’il est le seul organe chargé defer. Au con¬ 
traire, chez les mammifères, par exemple, le tissu ferrugineux par excellence est le sang 
(I gramme de sang sec contient defer) et la rate est fréquemment plus riche que 
le foie. Ici, il n’y a point de rate, et le sang ne contient pas de fer : à la place, il 
renferme du cuivre (hémocyanine). 
Chez les Crustacés (homard, langouste, écrevisse) il n’y. a de fer en quantité 
appréciable que dans le foie. Chez les Céphalopodes (poulpe, seiche, calmar) le foie 
contient vingt-cinq fois plus de fer, à poids égal, que le reste du corps. Chez les 
Mollusques lamellibranches (huîtres, coquilles de Saint-Jacques, moules) le foie 
contient de quatre à six fois plus de fer que le reste du corps. Même résultat chez les 
Gastéropodes. 
2° La teneur en fer du foie n’est pas un fait accidentel en rapport avec la presence 
du fer dans le milien ambiant. Elle est, au contraire, indépendante des circonstances 
extérieures. Elle ne suit pas les variations de richesse en fer du milieu ambiant; elle 
n’est pas influencée davantage par les variations les plus étendues du fer alimentaire 
(jeûne, hibernation). Elle l’est, au contraire, par les conditions physiologiques qui la 
font varier entre des limites assez écartées. 
42. Conclusion. Fonction martiale. — La faculté de fixation élective que le foie 
possède pour le fer, il ne la possède point pour d’autres métaux, au même degre. Par 
exemple, il ne la manifeste pas normalement pour le cuivre. Le sang de beaucoup d’in¬ 
vertébrés, Mollusques et Crustacés, est riche en cuivre (hémocyanine). Chez eux le foie 
n’en contient pas sensiblement (Dastre). 
Le fer qui s’accumule dans le foie de l’invertébré n’y est cependant pas immobilisé. 
Il se dépense et se renouvelle. Il se dépense par la sécrétion biliaire (chez l’escargot la 
sécrétion hépatique est aussi riche en fer excrété que la bile des mammifères), sécrétion 
qui l’entraîne au dehors; il est dépensé aussi par la constitution de la coquille (escar¬ 
got) qui en contient des quantités notables; peut-être par la constitution des œufs. 11 
se renouvelle par l’apport du sang. Le foie prend au sang du Mollusque l’infime
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.