Bauhaus-Universität Weimar

FOIE. 
760 
pendant l’oblitération de la veine, c’est que, par suite de l’abaissement de pression dan 
la veine porte il se fait un reflux de la veine cave vers le foie, reflux d’ailleurs expéri¬ 
mentalement démontré, comme on le verra plus loin. 
11 résulte encore des expériences de circulation artificielle à travers le foie que,nor¬ 
malement, le courant artériel s’engage dans les veines sus-hépatiques et n’a pas de 
tendance à refluer vers la veine porte. Un fait curieux, dit Rosapelly, c’est que le liquide 
qui passe par l’artère sous une pression de 8 à 10 cent, de Hg s’écoule exclusivement par 
les veines sus-hépatiques et non par la veine porte, les deux veines étant ouvertes. 
Il ne s’écoule par la veine porte que quelques gouttes de liquide qui proviennent de 
l’imbibition, et dont la quantité n’augmente pas quand la pression dans l’artère est 
augmentée et l’écoulement par les veines sus-hépatiques plus considérable. Cavazzani 
a fait des observations semblables, ce qui le porte même à croire qu’il doit y avoir à 
l’embouchure des ramifications de l’artère dans les veines sus-hépatiques une disposition 
qui favorise l’écoulement vers le cœur et fait obstacle à l’écoulement rétrograde vers les 
origines de la veine porte. D’un autre côté, cependant, la communication de l’artère 
avec la veine porte est facile; le liquide reflue dans cette veine quand elle n’est soumise 
à aucune pression, dès que dans les veines sus-hépatiques fermées la pression s’est 
élevée à 2 ou 3 centimètres d’eau. La régurgitation du liquide par la veine porte 
ouverte égale l’écoulement ordinaire par les veines sus-hépatiques, alors que la pression 
dans ces veines n’est pas supérieure à 10 centimètres. Mais, si l’on permet à l’écoulement 
de se faire par les veines sus-hépatiques, le liquide injecté reprend sa voie ordinaire, et 
rien ne passe plus par la veine porte. 
Courant rétrograde de la veine cave vers le foie. — Le foie peut encore recevoir du 
sang, alors que tous ses vaisseaux afférents sont liés. Cohnheim et Litten, comme on a vu 
plus haut, ont déjà expliqué certains résultats expérimentaux observés à la suite de 
la ligature de ces vaisseaux par le reflux qui se fait de la veine cave vers le foie. Le fait 
n’avait pas échappé à l’attention de Cl. Bernard, qui, dans ses Leçons sur le diabète, est 
très explicite à cet égard. Cl. Bernard note qu’après la ligature de la veine porte le 
foie n’est pas du tout exsangue, mais qu’il reçoit « par .les veines sus-hépatiques » du 
sg.ng qui vient refluer jusque dans le tronçon de la veine porte au-dessus du point 
d’oblitération. 
« En faisant une coupe transversale d’un lobe du foie de l’animal mort, mais dont le 
cœur battait encore, on voyait les battements de l’oreillette droite’pousser, à chaque con¬ 
traction, du sang qui jaillissait par les rameaux des veines hépatiques coupées. » 
« Quand on divise en travers un lobe du foie sur un animal vivant dont la veine porte 
n’a pas été liée, on voit au moment des mouvemements de la respiration le sang jaillir 
par les ouvertures béantes des veines et rentrer en attirant de l’air à chaque inspiration, 
de façon que l’animal meurt bientôt par entrée de l’air dans le cœur. » 
Au résumé, pour Cl. Bernard, la circulation du foie est telle « qu’il y a une sorte de 
reflux oscillatoire perpétuel entre le sang de la veine porte et des veines sus-hépatiques », 
et, la veine porte étant oblitérée, le sangTpeut parfaitement entrer dans le foie par les 
veines efférentes. 
Stolnikow a consacré à cette question toute une série d’expériences. Ce physiolo¬ 
giste pratique chez des chiens la fistule d’Ecx. Les animaux survivent de trois à six jours, 
et à l’autopsie le foie a son volume normal : il est plein de sang et ne montre aucune dif¬ 
férence d’avec un organe dont les vaisseaux sont restés intacts. 
Chez d’autres animaux, à la fistule porto-cave on joint la ligature de l’artère; ces 
chiens vivent de trente-huit heures à quatre jours.: ici encore le foie a ses dimensions 
normales et contient du sang. 
Dans une troisième série d’expériences, après avoir fait la fistule d’EcK, on lie tous 
les organes qui pénètrent dans le hile du foie, y compris les lymphatiques. Deux à 
quatre heures après, on'injecte dans la veine jugulaire une solution d’aniline, et au bout 
de cinq à quinze minutes on tue l’animal. On voit que le foie est coloré comme si on 
l’avait injecté parles veines sus-hépatiques; les veines centrales du lobule sont forte¬ 
ment colorées, la coloration diminue vers la périphérie, qui elle-même est incolore. 
Stolnikow attribue le reflux aux variations de pression produites par la respiration et 
les mouvements du cœur dans la veine cave, et il conclut, comme l’avait déjà fait Cl. Ber
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.