Bauhaus-Universität Weimar

732 
FOIE. 
med. Woch., 1897, 2177). — Uzwerski. Zur Frage über die träum. Leberentz. (A. A. P.,. 
lxiii, 1885). — Wirsing (E.). Akute gelbe Leberatrophie mit günstigem Ausgang (Würz¬ 
burg, 1892). 
Action des poisons sur le Foie. — Afanasieff. lieber anat. Veränd. der L. während 
verschiedene Thätigkeilzustände (A. g. P., 1882, xxx, 385-436). — Rjorksten. Die Wirkung 
der Streptococcen und ihrer Toxine auf die L. (Beitr. z. path. Anat. u. z. allg. Path., 1899, 
xxv, 97). — Ferranini. Deila ipertermia da peptone e delVazione antagonistica dell’atr opino, 
in rapporta alla glicosecretione epatica;ric. sper. (Morgagni, 1901, xliii, 479). — Hensen. 
Heber experimentelle Parenchymveränderungen der L. [A. P. P., 1899, xlii, 49). — Kahlden. 
Exp. Unters, über die Wirkung des Alcoholslauf L. und Nieren [Beitr. z. path. Anat., 
1890, ix, 349). — Lapicque (L.). Toxine diphthêrique et F. (B. B., 1896, 252-254, 337-338). 
— Lo Monaco. Effets de l’empoisonnement lent par le phosphore sur l’échange matériel 
[A. i. B., 1897, xxviii, 201-205). - Marzcarski. Ueber mikrosc. Veränderungen in der L. 
nach Injection von Seife oder Zuckerlösungen in die Pfortader (Ak. d. Wiss., Krakau, 1897, 
333-335). Morishima. Ueber das Vorkommen der Milschäure im tierischen Organismus mit 
Berücksichtigung der Arsenvergiftung (A. P. P., xliii, 217). — Nasse. Ueber einige Verschie¬ 
denheiten im Verhalten des L. hungernder und gefütterter Thiere [Arch. d. Ver. f. wiss. 
Heilk., 1860, i, 76-98). — Neumann (A.). Ueber den Einfluss von Giften auf die Grösse der 
L. zellen [D. Berlin, 1888 et D. med. Zeit., 1889, 714). — Pilliet (A. H.). Sur l’existence 
simultanée de zones différentes d’activité sécrétoire dans le F. [B. B., 1895, xlvii, 779-782). 
— Destruction expèrim. des cellules hépatiques (B. B., 1893, 502-505). — Ransom. On the- 
influence of glycerine on the L. [J. P., 1887, vm 99-116). — Schmaus (H.). Ueber das Ver¬ 
halten osmirten Fettes in der L. bei Phosphorvergiftung und membranartige Bildungen um 
Fetttropfen [Münch, med. Woch., 1897, 1463-1465). — Trolldenier. Die Wirkungen des 
Cu auf L. und Niere [Arch. f. wiss. u. prakt. Thierheilk., 1890, xxm, 301). — Vereecke (A.}._ 
Sur une infiltration spéciale des éléments parenchymateux du F. dans diverses conditions 
expérimentales [Arch, de pharmacodynamie, 1895, n, 47-95). — Yamane. Ueber die L. atrophie 
nach Vergiftung durch Phosphor [Wien. klin. Woch., 1891, 507). (Voir Cirrhose alcoolique 
dans les Traités de médecine). 
SABRAZÈS. 
§ XIX.— ACTION PROTECTRICE DU FOIE. 
Placé comme une barrière sur le trajet du sang provenant de l’intestin, le foie pos¬ 
sède la propriété de retenir un grand nombre d’éléments Figurés et de substances solu¬ 
bles. Il peut les emmagasiner, les laisser partir peu à peu, par petites quantités inoffen¬ 
sives ; les éliminer par la bile, ou enfin leur faire subir des modifications plus ou moins- 
profondes. Pour mettre un peu d’ordre dans notre exposé, nous étudierons successive¬ 
ment l’action du foie sur les matières minérales, sur les poisons organiques, d’origine 
animale, végétale ou microbienne, et sur les particules solides. 
Action du foie sur les substances minérales. — L’action du foie sur les sub¬ 
stances minérales se réduit à une simple accumulation dans le parenchyme ou à une éli¬ 
mination par la bile. 
Cette action d’arrêt, indiquée par Orfila, bien étudiée par Cl. Bernard, Mosler, Peiper,. 
Melsens, ne s’exerce pas indifféremment sur toutes les substances minérales. Les sels de 
potasse ou de soude ne semblent pas arrêtés par le foie. Nous avons constaté que la 
toxicité du chlorure de potassium, du chlorure ou du lactate de sodium est exactement 
la même, que le sel soit introduit par une veine périphérique ou par un rameau de la 
veine porte. Ces expériences négatives ont leur intérêt, car elles justifient la méthode : 
elles donnent une valeur aux expériences, démontrant que certaines substances perdent 
une partie de leur toxicité en traversant le foie. 
Il résulte,au contraire, des recherches de Cl. Bernard, Mosler, Lussana. que les sels de¬ 
fer, de manganèse, d’antimoine, d’argent, de zinc, de plomb, de cuivre ou de mercure 
sont arrêtés par le foie et se retrouvent dans la bile. Il en est de même des sels de cad¬ 
mium (Marfoni) et de bismuth (Brick). 
Les sels de fer ont servi à d’assez intéressantes recherches. Paganuzzi, en utilisant le
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.