Bauhaus-Universität Weimar

FOIE. 
713 
Causes de la mort après la ligature delà veine porte. — Pour expliquer la mort après 
îa ligature de la veine porte, on ne peut donc invoquer la suppression de la sécrétion 
biliaire; d’abord parce que celle-ci n’est pas totalement supprimée, ensuite parce que toute 
la bile sécrétée en une heure (et même en dix heures) n’a pas [d’effet toxique mortel. 
Restent alors deux causes possibles tour à tour invoquées par les divers physiologistes 
la perturbation mécanique (circulatoire) et la perturbation chimique. 
Rappelons brièvement les symptômes consécutifs à la ligature de la veine porte. Les 
lapins ne survivent pas plus de trois quarts d’heure ; les chats ne survivent pas plus 
d’une heure ; les chiens ne survivent pas plus de deux heures (Schiff), quelquefois 
trois heures (Roger). Mais ce sont là des termes extrêmes, et le plus souvent au bout 
d’une demi-heure (chat et lapin), ou d’une heure (chien), l’animal est mort ou mourant. 
Chez les oiseaux, les conditions chimiques et mécaniques (système porte rénal; 
anastomose de Jacobson) étant tout à fait différentes, la survie est beaucoup plus longue 
(douze et même vingt heures). 
Le symptôme dominant chez les chats et les chiens, c’est un état de dépression géné- 
rale qui ressemble beaucoup, dit Schiff, à celui que produit l’injection d’une substance 
narcotique très active. La pression artérielle s’abaisse, jusque à devenir presque nulle : 
mais elle se relève si l’on fait la compression de l’artère aorte, sans que cependant les 
phénomènes de narcotisation et d’insensibilité diminuent. La section des vagues n’aug¬ 
mente plus la fréquence du cœur. Quoique la fréquence du cœur ait en général augmenté, 
elle n’est pas beaucoup plus grande qu’à l’état normal. La température ne subit presque 
pas de modifications. Quant à l’excrétion rénale, elle est complètement supprimée. 
On a supposé d’abord que ces phénomènes étaient dus à la diminution de la pres- 
-sion sanguine par suite de l’afflux du sang dans le. système intestinal. Et en effet, à l’au¬ 
topsie on trouve les intestins et le péritoine gorgés de sang. On a alors comparé la 
mort des animaux à veine porte liée à la mort des animaux que tue une anémie céré¬ 
brale aiguë. Mais Schiff déclare que c’est une théorie mort née, car dans l’anémie céré¬ 
brale on observe une augmentation d’excitabilité qui va parfois jusqu’aux convulsions, 
sans qu’on puisse observer, chez les animaux àjfoie enlevé, d’autre phénomène qu’une 
diminution rapide et progressive de l’excitabilité. 
En tout cas, le système circulatoire intestinal des animaux qui meurent après liga¬ 
ture de la veine porte est tellement gorgé de sang, qu’il est bien difficile de ne pas attri¬ 
buer quelque influence à cette congestion intense du train postérieur, qui doit être accom¬ 
pagnée d’une anémie considérable de la tète et des parties antérieures. 
Cependant Tappeiner, dans le laboratoire de Ludwig, fit sur le lapin des expériences 
qui semblèrent prouver que la congestion n’est pas réellement aussi intense qu’elle 
paraît l’être au premier abord. En dosant la quantité de sang accumulée dans le système 
intestinal après ligature de la veine porte, il trouva que la masse de ce sang, pour ainsi 
dire soustrait à la circulation générale, était de 16,2 p. 100 de la totalité du sang. Or 
une hémorrhagie équivalente n’entraîne pas la mort. De plus, après ligature de la veine 
porte, la pression artérielle baisse immédiatement, ce qui prouve que cette diminution 
de pression n’est pas due au lent afflux de sang (sans issue possible) dans la sphère des 
branches d’origine de la veine porte. Enfin, en comparant l’abaissement de pression arté¬ 
rielle dans le cas de ligature de la veine porte, ou dans le cas d’hémorrhagie, on voit 
qu’une perte de sang de 3 p. 100 du poids du corps (par hémorrhagie) ne fait pas des¬ 
cendre la pression, tandis que la ligature de la veine porte, qui abaisse la pression, ne 
peut jamais déterminer la soustraction d’une égale quantité de liquide sanguin. 
Pour toutes ces raisons, Tappeiner conclut que la ligature de la veine porte ne tue 
pas par anémie encéphalique. 
Quelque fortes que soient les raisons invoquées par Schiff et Tappeiner, Castaigne et 
Bender ont fait une très intéressante étude qui les a conduits à des résultats absolument 
opposés, qu’accepte L. Cruveilhier dans sa thèse inaugurale, en rapportant les expé¬ 
riences de Castaigne et Bender. 
L’expérience fondamentale sur laquelle ces deux physiologistes appuient leur opinion 
«st la suivante. La ligature de la veine porte tue en une heure et demie ou deux heures 
les chiens. Si l’on fait simultanément la ligature de l’aorte (au-dessus du tronc cœliaque), 
on aggrave évidemment les effets de l’insuffisance hépatique. Et pourtant les chiens dont
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.