Bauhaus-Universität Weimar

FIBRINOGÈNE. 
m 
408-414) — Düstre et Floresco, De la méthode des plasma à l’état liquide ou en poudre 
pour l’étude du fibrin ferment (B. B., 1898, 22. - Maillard. Sur une fibrine cristallisée 
'C B 1899 cxxviu 373-373). — Kochel. Eine neue Methode der Fibrinfärbung (Centr.f. 
alio. Path. Ù. path. Amt., 1899, x, 749-757). - Kossler et Pfeiffer. Eine neue Methode der 
quantitativen Fibrinbcstmmung. (C. f. allg. Med., 1896, x™, 8-14). - P,an Zur Kenntnm 
der peplischen Spaltungsprodukte des Fibrins (Z. p. C„ 1899, xxvm, 219-281). - Mathews. 
The origin of Fibrinogen (Am. Journ. Physiol., 1899, m, 53-85). - Rete leber Naehwets 
und Bestimnung des Fibrinogens. (Di»., Strasbourg, 1898). - Camus (L.). Recherches sur 
la fibrinolyse (C. R., 1901, «nu. 213-218). .„.„.„„O. 
FIBRINOGÈNE. — [Pro parte, Plasmine de Denis, 1859) (? identique avec la 
Tà/Timèosme de Lilienfeld, 1895). , , 
Générateur de la fibrine, existant, chez tous les Vertèbres, a 1 état de dissolution dans 
le plasma du sang, déjà lymphe, du chyle et de beaucoup de liquides de transsudation. 
Le fibrinogène est une globuline, constituée par des grumeaux ou des flocons incolores, 
insolubles dans l’eau distillée et les solutions salines saturées, soluble dans les solutions 
salines diluées, coagulée par la chaleur vers + 56°, se coagulant spontanément en four¬ 
nissant de la fibrine sous l’influence du ferment de la fibrine. D’après Hammarsten, la 
coagulation spontanée du fibrinogène, ainsi que la coagulation par la chaleur a + 5b°, 
donne naissance, à côté du produit insoluble (fibrine ou fibrinogène coagule) a une glo¬ 
buline qui reste en solution et qui se coagule par la chaleur à + 64°. Le fibrinogène 
semble donc dans les deux cas se dédoubler en deux produits; l’un soluble, 1 autre inso¬ 
luble (Hammarsten. A. g. P., xxii, 480). 
Dans un travail récent (Z. p. Ch., xxvm, 98, 1899), Hammarsten a donne une nouvelle 
interprétation du fait précédent. Le fibrinogène serait transformé intégralement en fibrine 
par le ferment coagulant; mais une partie de cette fibrine resterait en solution. H am 
mersten fait remarquer que la température de + 64°, à laquelle la globuline de fibrine 
se coagule, est précisément celle à laquelle la fibrine elle-même se coagule par la chaleur 
Son pouvoir rotatoire serait a [D] =— 43°,d’après Hermann (Z. p. C., xi, 508). Cette 
détermination n’est qu’approximative. Mittelbach (Z. p. C.,xix, 289), expérimentant avec 
une solution pure de fibrinogène de cheval, trouva en moyenne a [D] = — 52°,o. Cramer 
(Z. p. C., xxiii, 74-86, 1897), trouva une valeur analogue pour le fibrinogène de cheval 
et seulement — 36°,8 pour celui du bœuf. 
La composition centésimale est, d’après Hammarsten (A. g. P.,xxu, 4o0) : C : 5-,yd, 
H : 6,9; (Az : 16, 66; S : 1,25;0 : 2226. 
Cramer a trouvé des valeurs analogues (Z.p. C., xxm, 74,1897). 
Le fibrinogène est un peu plus riche en charbon, hydrogène et oxygène que la fibrine, 
11 ne contient pas de calcium, d’après Hammarsten. Les traces de calcium qu’on y trouve 
doivent être regardées comme des impuretés (Z. p. C., xxii, 333,1896 et xxvm, 98, 1899). 
L’expérience suivante semble prouver que le fibrinogène doit être considéré comme 
préexistant dans le plasma sanguin, alors que le liquide est encore contenu dans les vais¬ 
seaux. J’extrais la veine jugulaire du cheval, je la lie aux deux bouts et je la suspends 
verticalement, de manière à permettre aux globules de s’accumuler dans sa moitié inté¬ 
rieure. J’isole au moyen d’une ligature la portion supérieure de la veine ne contenant 
que du plasma transparent, je l’introduis dans un tube de verre que je plonge dans un 
bain d’eau chaude. La veine peut être chauffée jusqu’à + 55°,5 sans que le plasma se 
trouble et sans qu’il perde la propriété de se coaguler spontanément au sortir de la veine. 
Dès que l’on atteint -f 56°, le liquide se trouble par la formation d’un précipité flocon¬ 
neux de fibrinogène : il perd du même coup la faculté de se coaguler spontanément. (Léon 
Fredericq, Bull. Acad, de Belg., et Rech. sur la constit. du plasma sanguin, 1878, Gand.) 
Hewson avait, paraît-il, au siècle dernier, fait une expérience analogue (Hewson Works, 
edited by Gulliver, cité par Schäfer, J. P.). 
Origine du fibrinogène du sang. — D’après Mathews (Amer. Journ. Physiol., m, 
53-85, 1899), après défibrination totale, le fibrinogène se régénère en 2-3 jours. Il se for¬ 
merait principalement dans la paroi intestinale. Le sang de la veine mésentérique est 
plus riche en fibrinogène que le sang artériel.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.